RDC/Équateur : Polémique au tour de l’organisation du 3ème cycle, l’Assemblée Provinciale tacle le Prof Mputu Bokenga

Par Chilassy Bofumbo

Les élus provinciaux de l’Equateur ont,dans leur déclaration politique rendue publique ce samedi 12 juin,déploré le message du Prof Mputu Bokenga, Directeur Général de l’Institut Supérieur des Techniques Médicales fait le 06 juin 2021 devant la presse contre l’organisation du troisième cycle à l’Université de Mbandaka.

Les Députés provinciaux qualifient les propos du DG de l’ISTM Mbandaka des manœuvres tendant à décourager l’élite équatorienne, soucieuse, selon eux, de bénéficier des enseignements, de l’encadrement et de la soutenance des mémoires de Diplôme d’études approfondies (DEA) et des thèses de doctorat.

« La déclaration du Prof Mputu est de nature à discréditer les membres du comité de gestion de cette Alma mater et d’étouffer les efforts de certains compatriotes évoluant à l’Equateur d’atteindre un niveau élevé de connaissance ». Peut-on lire dans cette déclaration des Députés.

Ils encouragent par ailleurs les candidats qui aspirent au 3ème cycle à s’inscrire pour bénéficier des enseignements et encadrements appropriés en vue d’atteindre un niveau élevé de connaissance tout en décourageant des propos qu’ils qualifient d’incendiaires et de nature à créer des désordres dans le milieu de l’Enseignement Supérieur et Universitaire à l’Equateur.

Ils ont enfin, invité le Prof Mputu à cultiver l’esprit de collaboration et à s’abstenir de tenir des propos de nature à affecter la bonne foi de ses collègues gestionnaires des institutions de l’ESU, pour la paix et la cohésion dans le milieu estudiantin.

Pour rappel, l’Université de Mbandaka n’étant pas inscrite dans le tableau des Universités et Institut facultaire admis à organiser des études du Troisième Cycle, le Ministre de tutelle a souligné dans l’article 144 de l’instruction académique 022 relative à l’année académique 2020 – 2021 que : « Les apprenants déjà en formation dans les Établissements non retenus doivent s’orienter
vers les Institutions organisant les mêmes filières d’études. Les Institutions d’accueil
sollicitées ne doivent pas les discriminer en inventant des conditions supplémentaires
pour leur admission ». C’est ce qu’a dit l’incriminé devant la presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *