RDC/État de siège: le capitaine Dieudonné KASEREKA,porte parole du secteur opérationnel SUKOLA 2 du sud Kivu fait état de la réalisation de la Fardc dans la zone.

Par Alain Mushana

Après plusieurs mois d’attaque de la coalition MAKANIKA NGUMINO TWIGWANEHO et leurs alliés FNL,contre différentes positions de la FARDC dans les territoires de Fizi, uvira et Mwenga, depuis deux semaines déjà, l’armée a décidé de faire la contre-attaque.

C’est depuis le 12 Août, que la FARDC poursuit ces ennemis de la paix et parvient à conquérir plusieurs localités qui servaient des bases arrières de ces hors la loi. Parmis les bastions des ennemis libérées par les FARDC,on peut citer KAMOMBO , SHAKIRA,ET NYAMARA .
Avant de fuire vers la forêt de Bijabo, ces ennemis de la paix,ont brûlé des maisons, les dépôt des vivres de la population, ainsi que le dispensaire de NYAMARA.

La FARDC a consolidé ses positions dans et autour de tous ces villages libéreés, pour sécuriser la population et leurs biens.

Dans les échanges entre l’armée et la population trouvée dans les villages libérés, cette populati dément l’existence d’un conflit intercommunautaire dans le hauts et moyens plateaux d’uvira, FIzi et Mwenga.
Il existe plutôt des intoxications de la population par certains politiciens ennemis de la RDC. Ces politiciens créent des groupes armés pour opposer les communautés. Ces groupes armés créés par des mauvais politiciens, sous prétexte de protéger leurs communautés,sont eux qui pillent, violent les femmes, brûlent les maisons,et tuent leurs propres frères.

La FARDC reste déterminée à imposer la paix dans cette partie de la République. Tous les groupes armés nationaux et étrangers et leurs collaborateurs, tous les détenteurs illégaux des armes et leurs complices seront traqués quelque soit leurs qualités ou leur appartenance ethnique.

Il a fini son exhortation en faisant savoir que ces rebelles sont appelés à déposer les armes et suivre la voie de la paix comme voulu par le chef de l’État et commandant suprême de la FARDC Félix Antoine TSHISEKEDI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *