RDC/Lomami/2021: « Zéro paludisme »,un appel mondial à éradiquer la maladie

Par Johnny Kasongo Kasongo

La province de LOMAMI note 66 % de prévalence du paludisme
dans le rapport épidémiologique de la province, le paludisme s’affiche au premier rang de morbidité et de mortalité surtout chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. Selon l’EDS 2013-2014, la prévalence du paludisme dans la province de Lomami est également la plus élevée de la RDC avec 66% contre 31 de moyenne nationale.
Pour sa part le Chef de division de la santé de Lomami, John NGOYI MUMBILE, des progrès considérables ont pu être accompli grâce au développement massif d’outils efficaces de prévention et de traitement de cette maladie parasitaire tels que les moustiquaires imprégnées d’insecticides, le test de diagnostique rapide et les médicaments anti paludiques. Le CD de la DPS/LOMAMI a en outre remercié les partenaires techniques principalement USAID avant de l’inviter à poursuivre l’approvisionnement en outils de traitement et de prévention.
Dans son mot de circonstance à l’occasion de la célébration de la journée mondiale deJohnny KASONGO KASONGO
2021: « Zéro paludisme » un appel mondial à éradiquer la maladie, la province de LOMAMI note 66 % de prévalence du paludisme
Dans le rapport épidémiologique de la province de Lomami, le paludisme s’affiche au premier rang de morbidité et de mortalité surtout chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. Selon l’EDS 2013-2014, la prévalence du paludisme dans la province de Lomami est également la plus élevée de la RDC avec 66% contre 31 de moyenne nationale.
Pour sa part le Chef de division de la santé de Lomami, John NGOYI MUMBILE, des progrès considérables ont pu être accompli grâce au développement massif d’outils efficaces de prévention et de traitement de cette maladie parasitaire tels que les moustiquaires imprégnées d’insecticides, le test de diagnostique rapide et les médicaments anti paludiques. Le CD de la DPS/LOMAMI a en outre remercié les partenaires techniques principalement USAID avant de l’inviter à poursuivre l’approvisionnement en outils de traitement et de prévention.
Dans son mot de circonstance à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme ce mercredi 26 mai 2021, le gouverneur de la province de Lomami, Sylvain LUBAMBA MAYOMBO a saisi l’occasion de rappeler les communautés locales de s’unir pour une province sans paludisme.
«  Cette journée est une opportunité unique de nous engager à poursuivre l’investissement et l’action en vue d’accélérer le progrès dans la lutte contre cette maladie potentiellement létale dans la province de Lomami en synchronisme avec la vision du chef de l’Etat,d’un Congo avec le congolais en bonne santé ».

Selon le dernier rapport sur le paludisme dans le monde, publié en décembre 2020, il y a eu 229 millions de cas de paludisme en 2019, contre 228 millions en 2018.On estime à 409 000 le nombre de décès dus à la maladie en 2019, comparés aux 411 000 décès enregistrés en 2018.En 2019, 94 % des cas de paludisme et des décès imputables à cette maladie sont survenus en Afrique.
Si le paludisme existe encore aujourd’hui, c’est en raison du manque de moyens financiers et de sensibilisation. C’est pourquoi,  chaque 25 avril, la journée mondiale du paludisme vise à sensibiliser aux causes et aux conséquences de cette maladie toujours présente dans les pays en développement. lutte contre le paludisme ce mercredi 26 mai 2021, le gouverneur de la province de Lomami, Sylvain LUBAMBA MAYOMBO a saisi l’occasion de rappeler les communautés locales de s’unir pour une province sans paludisme.
«  Cette journée est une opportunité unique de nous engager à poursuivre l’investissement et l’action en vue d’accélérer le progrès dans la lutte contre cette maladie potentiellement létale dans la province de Lomami en synchronisme avec la vision du chef de l’Etat,d’un Congo avec le congolais en bonne santé ».

Selon le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde publié en décembre 2020, il y a eu 229 millions de cas de paludisme en 2019, contre 228 millions en 2018.On estime à 409 000 le nombre de décès dus à la maladie en 2019, comparés aux 411 000 décès enregistrés en 2018.En 2019, 94 % des cas de paludisme et des décès imputables à cette maladie sont survenus en Afrique.
Si le paludisme existe encore aujourd’hui, c’est en raison du manque de moyens financiers et de sensibilisation. C’est pourquoi,  chaque 25 avril, la journée mondiale du paludisme vise à sensibiliser aux causes et aux conséquences de cette maladie toujours présente dans les pays en développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *