RDC/Lomani:33 écoles fictives appartenant à un couple dignitaire du régime Kabila détectées,le directeur provincial de secope aux arrêts !

Par Belaji Antoinette

Le Parquet général près la Cour d’Appel de Lomami a interpellé, le mardi 9 février 2021, le Directeur provincial du Service de Contrôle et de Paie des Enseignants –SECOPE-, Isidore Kasenge. A en croire des sources judiciaires, Isidore Kasenge est poursuivi pour le détournement présumé de salaires des enseignants et la création des écoles fictives,au total 33 qui appartiendraient à un ancien dignitaire du régime Kabinda, député influent de la province . Cette réalité est de plus en plus vécue dans le secteur de l’enseignement primaire secondaire et technique. Le chef de l’antenne urbaine du SECOPE/Kabinda, Charles Muenze Mpeye, est détenu, depuis le lundi 8 février 2021, au cachot du parquet pour des actes de «sabotage » de la gratuité de l’enseignement de base instaurée en RDC.
Il convient de rappeler que 7 faux enseignants dont un directeur appartenant à une école fictive ont été arrêtés après le retrait de leurs salaires du mois de janvier 2021 à la banque commerciale TMB, agence de Kabinda.
Les enseignants des écoles publiques de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) du territoire de Luilu dans la province de Lomami, exigent le paiement de leurs salaires de 5 mois par la banque Trust Merchant Bank (TMB).
Selon des sources concordantes, il semble qu’un certain Zawe, impliqué dans cette sale affaire, serait le beau-frère de la femme d’un haut dignitaire de cette province. Il en est de même de l’unique fille du couple du même dignitaire. C’est ce couple influent de cette contrée qui aurait imposé le fameux Directeur provincial du SECOPE, Isidore Kasenge, ce, au mépris des procédures en la matière, grâce à un arrêté signé par le Gouverneur de province membre de cette écurie. Le couple dignitaire en question, risque d’être identifié dans les prochaines semaines, étant donné que le dossier des écoles fictives n’a pas encore connu un dénouement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *