RDC/Scandale:Le couple Lumanu séquestre un député provincial !

Par Ndolo Ambroise

L’information qui nous a été livrée par des milieux proches du député provincial, l’honorable Augustin MaLangu Ndjibu, élu de la circonscription électorale de Kabinda/territoire, dans la province de Lomami, pourrait relever du véritable banditisme politique. Si elle s’avère fondée, elle risque de jeter de l’opprobre sur les institutions nationales, et de ternir l’image de ceux qui prétendent conduire les destinées de notre pays.
En effet, des milieux proches de cet élu provincial font savoir que ce dernier aurait été victime d’une cabale qui serait organisée contre sa personne dans la nuit du 4 janvier 2021 au domicile des députés nationaux Adolphe Lumanu Mulenda Bwana Sefu et son épouse Véro Cimpaka. Ami de longue date de ce couple, ce dernier, indique-t-on, aurait été invité, tous frais compris, par ces deux députés nationaux alors qu’il se trouvait à Kabinda, chef-lieu de la province de Lomami. Sans se douter de rien du tout, il aurait effectué le déplacement de Kabinda à Kinshasa le 31 décembre 2021. En ce moment-là, une ambiance de surchauffe régnait à l’Assemblée provinciale où trois membres du bureau étaient visés par une motion déposée au cours de la session extraordinaire par 16 députés sur les 26 députés composant cet organe délibérant.
Le couple qui s’opposait fermement à cette pétition, tenait à tout prix à obtenir de lui la raison d’être de ladite motion incidentielle soulevée en plénière par l’honorable Jonas Ciyoko Nyindu le 24 décembre 2020, laquelle motion aurait abouti à la déchéance de ces trois membres du Bureau. Une fois à Kinshasa, l’entourage de l’honorable Augustin Malangu Ndjibu signale que toutes les réponses que le député provincial avait fournies n’auraient pas réussi à convaincre ses interlocuteurs. Après cette discussion aux allures d’un procès, dit-on, il lui aurait été exigé un engagement ferme à tout faire en vue d’obtenir l’annulation de la déchéance de ces trois députés. C’est en cet instant qu’Augustin Malangu Ndjibu aurait compris que ces trois élus provinciaux seraient des pions utilisés par le couple Lumanu pour travailler de connivence avec le gouverneur de province en vue de protéger ses intérêts égoïstes.
Victime d’un comportement barbare
ayant refusé de se livrer à cette manœuvre, l’élu de la circonscription électorale de Kabinda/territoire ne savait pas qu’il venait de signer son arrêt de mort. Son entourage révèle qu’en présence de l’honorable président de l’Assemblée provinciale de Lomami, Valdo Tshibangu Muakas, des honorables Sozito Kabamba, rapporteur adjoint déchu, Mbaya Kabwe wa Muadi et Jonas Ciyoyo Nyindu, il aurait été copieusement tabassé par l’honorable Véro Lumanu, son neveu Fabrice Ngoyi, bourgmestre adjoint de la commune de la Gombe, à Kinshasa ; Kapenga, chef de division provinciale de l’EPST/Lomami, de Kapwe ainsi que par deux autres personnes non autrement identifiées. Ce comportement barbare se serait déroulé dans le salon de la résidence du couple Lumanu, sous la barbe du député national Mposhi Kibambe, du sénateur Kazadi Ngoyi et de ses collègues députés provinciaux aux alentours de vingt-deux heures.
Après l’intervention de son collègue Ciyoyo qui aurait permis de mettre fin à cette tragédie, l’élu de la circonscription électorale de Kabinda/territoire, se serait retrouvé nu, tous ses habits déchirés et saignant.
Retourné à son domicile, l’honorable Augustin Malangu Ndjibu aurait porté l’affaire à la connaissance du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, et singulièrement du vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, sans oublier le président de l’Assemblée provinciale de Lomami. C’est ainsi que sans tarder, ses avocats auraient déposé une plainte contre le couple Lumanu au Parquet de Matete.

Un ingrat ?

Informée par les proches du député provincial de cette grave affaire, la rédaction de notre journal s’est mise immédiatement en contact avec les députés nationaux Lumanu et Véro Cimpaka pour obtenir leur version des faits. En lieu et place d’un démenti digne de ce nom, l’épouse Lumanu nous enverra plutôt deux bandes vidéo dont la première contient la chanson controversée « Ingratitude » de l’artiste-musicienne Tshala Mwana, tandis que la seconde parle d’une simple déclaration soutenant que cette affaire n’aurait jamais existé. Adolphe Lumanu, de son côté, s’est contenté d’affirmer qu’il ignorait cette affaire, la période actuelle étant caractérisée notamment par des mensonges.
Dans tout cela, qui dit la vérité ? Difficile de le savoir. Les prochaines semaines nous en apprendront un peu plus à ce propos. Dossier à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *