RDC/Kasaï : La société civile s’inquiète suite aux conditions que traverse la population après l’écroulement du pont Kasaï

Patrick Kamba

Quelques jours après l’écroulement du pont jeté sur la rivière Kasaï, la société civile se dit inquiète suite aux conditions difficultés que traverse la population pour effectuer les activités journalières.

A l’en croire, chaque matin, employés, commerçants, élèves et étudiants vivant dans la commune de Kele ont l’obligation de chercher un moyen pouvant les aidés à traverser cette cour d’eau afin de se rendre au centre-ville.

Pour sa part, le secrétaire exécutif du cadre de concertation de la société civile de Tshikapa signale que la population de la ville qui doit se déplacer d’une rive à l’autre de la rivière est obligé de prendre des pirogues. Chose qui pose des problèmes de sécurité pour les enfants.

Eddy Mbonge indique que les pirogues n’offrent pas de garantie sécuritaire. Les gens sont exposé aux risques de chavirement et de noyade.

De son côté, le gouverneur de province Dieudonné Pieme a affirmé depuis Kinshasa où il séjourne que son gouvernement avait déjà pris quelques dispositions afin de permettre aux gens de traverser en sécurité la rivière Kasaï.

A l’en croire, le gouvernement provincial a loué deux embarcations pour assurer le transport des personnes et de leurs biens sur la rivière.
 » Je vous confirme que les embarcations louées par le gouvernement provincial sont bel et bien opérationnelles. Moi-même je ne suis pas à Tshikapa maintenant. Je ne peux pas affirmer que ce que vous dites et ces personnes disent est vrai. Moi je vous donne les dispositions qui sont mises en place.  » a déclaré le gouverneur Pieme à la Radio Onusienne.

Le gouverneur poursuit qu’il enverrai ses services sur le lieu afin de vérifier si les embarcations louées par son gouvernement fonctionne sur la rivière Kasaï pour faire traverser la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *