RDC/En envoyant des agents du FFN en mission à l’Est du pays.Le DG Honoré Mulumba Kalala a foulé aux pieds les instructions de la haute hiérarchie !

Par Bolonga Tfunga

Nommé par le président de la République aux fonctions de Directeur général du Fonds forestier national, Honoré Mulumba Kalala qui se targue de se amitiés avec Félix Tshisekedi, ne parvient toujours pas à montrer ce dont il est capable dans la gestion de cet établissement public.
Pourtant, lors de la cérémonie de passation des services qui avait eu lieu le 30 septembre 2020, le ministre sortant de l’environnement et développement durable, avait été clair dans son adresse à l’endroit de la nouvelle équipe dirigeante. Pour lui, celle-ci se doit de travailler dur étant donné que la nation attend beaucoup d’elle. Ce, d’autant que le Fonds forestier national –FFN- demeure un acteur majeur dans la gestion durable des écosystèmes forestiers, et un bras séculier du gouvernement congolais en matière de financement des projets de reconstitution du capital forestier. « J’ai eu à exécuter cette ordonnance dans l’espoir que les personnes ici nommées puissent faire briller le Fonds forestier national dans ses missions de reboiser et de veiller sur les couverts forestiers de la RDC », avait souligné le ministre.
Les bons signes tardent à se manifester
• Le ministre les avait invité à la bonne gestion, à la transparence parce que le fonds forestier n’est pas très connu à travers les 26 provinces de la RDC. « Nous sommes déterminés à répondre favorablement à ce qui revient comme tâches à faire dans ce milieu pendant notre mandat », avait renchéri, Honoré Kalala, nouveau directeur général du Fonds forestier national. Cependant, à ce jour, les bons signes d’une bonne gestion de cet établissement public tardent à se manifester. Les agents attendent toujours des mesures portant sur l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail ; l’aspect lié à la mobilisation des ressources endogènes et exogènes du Fonds; ainsi que l’aspect technique. Curieusement, au lieu de tout cela, le DG Mulumba Kalala s’est permis d’autoriser une mission de plusieurs cadres à l’intérieur du pays, alors que les moyens font encore défaut, et que la hiérarchie avait demandé que le missions soient mises en sourdine pour éviter toute perte des moyens financiers. A-t-il obtenu une dérogation spécale de la part de la hiérarchie ? Difficile de le savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *