RDC/FFN:gestion calamiteuse dans la province de la Tshopo, le D.G. Honoré Mulumba Kalala pas concerné

Par Obed BISIDI

Les polémiques et fausses informations circulent sur la gestion des espaces forestiers du Fonds Forestier National où l’on signale une gestion calamiteuse et mafieuse des hectares dans l’Antenne de la TSHOPO par le chef de l’antenne.

Dans la régularisation du secteur, l’arrêté 06 signé par le ministre honoraire de l’environnement Claude NYAMUGABO pour la fixation des prix à payer par hectare a statué de façon que le prix d’un hectare soit revu à la baisse, soit de 1200 dollars américains à 300 dollars pour les agro-pastoraux et 1800 dollars américains pour les sociétés minières.

Dans cette logique de fixation du prix, la société SCIPEC basée dans la province de la Tshopo avait déclaré 300 hectares déboisés qui selon le résultat du calcul à effectuer sur base du prix fixé par hectare au niveau du ministère de l’environnement doit faire une somme totale de 90.000 dollars américains. De ce fait, le constat qui se fait ne permet pas une justification nette et concrète sur une éventuelle somme de 5 millions 600 dollars pour l’affaire de cette société qui ne doit que exploiter 300 hectares.

On accuse déjà le chef d’antenne de la Tshopo qui se promène un peu partout à l’insu du directeur général de FFN Honoré MULUMBA, au nom de la suspension du mouvement du personnel qu’il ignore pour s’en acquérir des affaires du Fonds. Après payement de la somme pour exploitation, le fonds doit passer à l’inspection pour voir réellement si la société SCIPEC n’exploite que les 300 hectares sur les 4000 qu’elle possède.

Par ailleurs, les agents signalent une bonne gestion de la part du directeur général Honoré MULUMBA KALALA qui depuis son arrivée, les réalisations au sein du Fonds font une croissance considérable allant dans les 118% des assignations.. Ils déclarent voir leur augmentation de salaire de 16 à 45 % et leur sécurité sanitaire assurée avec l’hôpital du cinquantenaire où ils sont en partenariat.

La megestion dans les Fonds dans la Tshopo ne concerne donc ni de loin ni de près le D.G. Honoré MULUMBA. Les agents souhaitent l’implication de l’IGF comme déjà annoncé pour une inspection dans la gestion de cette structure qui travaille au sein du ministère de l’environnement à partir de l’année 2014 jusqu’à ce jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *