RDC/ Khassim Diagne favorable au programme DDRCS

Par Nenette Fwamba

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations-Unies en charge de la protection à la Monusco, Khassim Diagne, a été le hôte de marque de la conférence de presse des Nations-Unies du 13 octobre 2021, qu’a animé avec brio Mathias Gillmann, Porte-parole civile de la mission onusienne en République Démocratique du Congo.

Son intervention en interactivité avec divers médias a accordé une large place au programme nationale de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilité de la RDC.

Pour ce superviseur des bureaux de terrain de la mission dans l’Ituri, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et le Tanganyika, où la majorité des effectifs de la mission est déployée, il est question pour la Monusco dans ce programme salutaire de soutenir les autorités congolaises dans leurs efforts de mettre fin à la violence qui prévaut dans le pays.

Khassim Diagne s’insurge en faux avec la dernière énergie contre ce qu’il appelle ‘’ les prédicateurs de haine qui souhaitent diviser la population congolaise.
‘’Je suis bouleversé par tous les rapports que je reçois et qui mentionnent les tueries, les atrocités et les brutalités qui continuent d’être perpétrées’’, a-y-fait savoir.

À l’en croire, le programme DDRCS est un programme qui offre des opportunités que les congolais doivent saisir.
‘’La Monusco le soutiendra autant que possible’’, a-t-il rassuré avant d’évoquer les efforts onusiens qu’il a affirmés être permanent en appui aux institutions nationales, police et justice en tête.

La Monusco, via la bouche du représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations-Unies, promet de continuer de faire avancer l’autorité de l’Etat en République Démocratique du Congo, au bénéfice des populations qui méritent la paix.
‘’Nous continuerons de faciliter des initiatives de dialogue intra- et intercommunautaires, pour que ces populations puissent bâtir ensemble un meilleur avenir pour le pays’’, parole d’honneur du représentant spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations-Unies.

Au regard des discours de haine qui continuent à alimenter les conflits en RDC, Khassim Diagne a évoqué ces derniers comme étant condamnables par le droit international.
Il a par la même occasion fait mention des dispositions qui seront prises à l’endroit de leurs auteurs par les autorités nationales concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *