RDC/ médias : liberté de la presse, un colonel de la PNC mis dans l’embargo par l’UNPC

Par J.K

Les Journalistes de toutes les radios, télévisions et agences de presse réunis au sein de l’Union Nationale de la Presse UNPC Section provinciale de LOMAMI condamnent avec la dernière énergie l’agression physique du Journaliste Matthieu NTITA de la Radio Télé La Voix Populaire, RTVP en sigle, par le Commissaire supérieur de la Police Nationale Congolaise (PNC) district de Ngandajika alors que le confrère exercait son métier lors des altérations entre les taximans, policiers et agents de la SONAS.

Tous à l’unanimité, au cours d’une réunion de l’UNPC/LOMAMI et Journaliste En danger (JED) tenue la matinée de ce lundi 27 Décembre 2021 décide séance tenante de placer ce colonel PNC dans l’embargo sur toutes les radios, télévisions et agence de presses installées dans les 2 villes et 5 territoires de la province de Lomami.
«  Le confrère a été non seulement tabassé mais son matériel (dictaphone) confisqué par ce bourreau. Les autres journalistes présents lors de ces échauffourées du 17 Décembre 2021 lorsqu’une structure syndicale des motards protestait contre un recouvrement forcé de la SONAS ont été victimes de ces insultes graves de la part du même colonel. Une plainte est déjà envisagée, les agents de l’ordre doivent ipso facto respecter les Journalistes. La réparation totale doit être faite urgemment par les autorités policières si non nous allons descendre dans les rues des villes et territoires de la province pour dénoncer cette agression physique. Si un mal arrivait au confrère ce colonel sera d’office responsable » prévient Johnny KASONGO, président provincial de l’UNPC LOMAMI.

Selon l’UNPC LOMAMI, hospitalisé dans une structure médicale spécialement dans un service des soins intensifs de Ngandajika un territoire de Lomami, l’état de santé du Journaliste Matthieu NTITA de la RTVP émettant sur 93.0 FM serait critique parce que visiblement trop asthénique rapporte André KAMBAJA MUSOKO, président territorial de l’UNPC Ngandajika.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *