RDC/Province de Maindombe:Une rétrospection sur Yumbi

Par Makosi Lokwa Cyrille

CE JOUR-LÀ…_
LE 17 DÉCEMBRE 2018 FUT UN MASSACRE COMMUNAUTAIRE DE YUMBI.

Les tueries de Yumbi en Rdcongo , deux ans après, la justice n’est toujours pas rendue.
Les 16 et 17 décembre 2018, des centaines de personnes étaient massacrées à Yumbi, en RDC._
535 morts et 20000 déplacés, deux communautés se sont affrontées, les Batende et les Banunu. Les Batende ont surtout réglé leurs comptes avec les Banunu, les accusant d’avoir voulu enterrer un de leur chef coutumier sur leur terre ancestrale.
Les massacres trouvent leur origine dans l’enterrement d’un chef coutumier de la communauté Nunu, le 14 décembre 2018 à Yumbi, perçu comme une provocation par la communauté Tende. Cela fait des décennies que les deux groupes sont en compétition pour les terres.
Le bilan final sera au moins dix fois plus élevé, soit l’un des plus grands carnages dans l’histoire récente de la RDC. Certains agresseurs étaient munis d’armes à feu et portaient des habits militaires.
L’ONU avait avancé le chiffre de 535 morts et 111 blessés. Près de 20 000 personnes ont été déplacées dont 16 000 qui se sont réfugiées au Congo-Brazzaville voisin.
L’ONU avait estimé à l’époque que ce massacre pourrait constituer des crimes contre l’humanité , les autorités congolaises avaient promis que la justice sera faite , et que les auteurs de ces massacres vont et devraient répondre de leurs actes devant les juridictions congolaises.
Des villages étaient dévastés, deux ans après , les survivants et les victimes sont toujours traumatisés , inimaginables ce qu’ils ont vécu témoignent-ils ; il y avait des corps putréfiés, certains étaient mutilés, d’autres avaient été brûlés dans des maisons, et des habitations avaient été détruites.
Les enquêtes sont toujours en cours, deux ans après le massacre, certains assaillants présumés, qui faisaient partie des dizaines de personnes arrêtées et détenues à Kinshasa, la capitale, ont été libérés pour des raisons encore inexpliquées.
Le gouverneur de la province de Mai-Ndombe d’alors , Monsieur Gentiny Ngobila, a été mis en cause, mais il est devenu depuis gouverneur de Kinshasa .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *