RDC/Reboisement des camps militaires et de la Police,le DG Honoré Mulumba organise bientôt des séances de travail pour concrétiser ce projet

Par JMB

Comme il l’a soutenu lors de sa dernière rencontre avec les agents et cadres, le Directeur général, Honoré Mulumba Kalala, ne cesse d’insister sur sa vision managériale consistant à faire du Fonds forestier national –FFN- un établissement public doté d’une gouvernance administrative et technique avérée, assurant efficacement la pérennité des immenses ressources forestières de notre pays grâce au financement adéquat des activités de reboisement, d’aménagement et de contrôle forestier.
C’est dans cette optique que la structure est engagée, depuis l’année 2020, dans la plantation d’arbres et de pelouse le long du boulevard Lumumba en partenariat avec l’Ong GEC, et en étroite collaboration avec le bourgmestre de la commune de Limete. Une somme de 20 millions de FC avait été débloquée par le FFN à cet effet.
Dans le même ordre d’idées, le FFN entend poursuivre le financement des projets de reboisement présentés par les militaires et leurs épouses basés à Lubumbashi (Haut Katanga) et Kolwezi (Lualaba). Il en sera de même pour le projet de reboisement amorcé par les enfants des militaires au camp Tshatshi sur 36 hectares. Sans oublier les camps de la Police nationale congolaise basés dans la capitale.
Donner du travail aux enfants de militaires
Pour concrétiser ce projet, le Directeur général, Honoré Mulumba Kalala compte organiser bientôt des séances de travail en vue d’arrêter les modalités de collaboration entre les FARDC, la Police nationale et le FFN. Il espère de la sorte donner du travail aux enfants de soldats et policiers qui trainent à longueur de journée dans les camps sans savoir comment se rendre utile à la société ou se prendre en charge. Bientôt, donc, l’on assistera au lancement de travaux de plantation de la pelouse et d’arbres dans les camps militaires et de la PNC qui en sont totalement dépourvus.
Ce projet, a-t-il indiqué, rentre dans le cadre du programme du Fonds forestier national qu’il dirige, qui va continuer à renforcer ses préparatifs et capacités pour la matérialisation effective du programme du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, dénommé «Jardins scolaires: un milliard d’arbres à l’horizon 2023».Cela se fera notamment par l’élaboration d’un document technique devant encadrer ce programme et la recherche des appuis des partenaires techniques et financiers. C’est à ce titre qu’il a récemment tenu une réunion d’échanges avec le représentant en RDC de la Coopération japonaise –JICA.
Le Directeur général explique que programme mis en place par le président de la République, vise la réalisation d’un grand chantier communautaire et éco-citoyen de restauration écologique à fort bénéfice socio-économique au profit des populations urbaines et rurales. Pour cela, 20.000 enseignants et 1 million d’écoliers seront engagés dans l’action du climat. L’objectif visé est d’atténuer la pollution de l’air, du règlement climatique et des risques d’inondations dans près de 20 villes de notre pays.
Dans ce travail, le Directeur général du FFN dit bénéficier de l’accompagnement de la vice-Première ministre, Eve Bazaiba, ministre en charge de l’environnement, conservation de la nature et développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *