RDC/Sele Yalaghuli,ministre des finances bloque l’ONIP !

Par PBK

L’actuel argentier national appartient à la plate-forme qui ne supporte pas du tout voir le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, réussir la mise en œuvre de sa vision qui porte essentiellement sur le redressement du pays et la réalisation du bien-être de la population. Pour cela, des instructions, a-t-on appris, lui seraient données par le reclus de Kingakati, aujourd’hui dans sa ferme de Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, pour bloquer le bon fonctionnement des institutions de l’Etat.
En effet, depuis le début de l’année 2020 jusqu’à ce jour, José Sele Yalaghuli, ministre des finances, refuse de décaisser les frais de fonctionnement de l’Office National d’Identification de la population-ONIP. Pourtant, dans le budget qui va bientôt s’achever, les fonds destinés à la bonne marche des activités de cet important établissement public y sont bien mentionnés. Curieusement, à ce jour, l’ONIP n’a obtenu que deux mois seulement des frais de fonctionnement. Il en est de même de plusieurs autres structures étatiques qui totalisent plusieurs mois d’arriérés de salaires pour cause de non décaissement de leurs frais de fonctionnement par le ministre des finances, et qui, en conséquence, ne peuvent plus travailler convenablement.
José Sele ne se donne même pas la peine de prendre la mesure de la situation du moment marquée par la présence de la pandémie du coronavirus, et des mesures sanitaires qui doivent être de stricte application par la population. Comment alors vivre dans ces conditions, lorsqu’on ne touche pas son salaire ? Concernant précisément l’ONIP, l’on apprend, selon des informations obtenues des bonnes sources, que la stratégie aurait été montée dans la ferme de Kingakati afin que l’identification et le recensement de la population soient une lettre morte en République démocratique du Congo. Cela se comprend aisément, lorsqu’on sait que dans certaines officines politiques, l’on ne supporte pas que les vrais Congolais soient identifiés afin qu’ils obtiennent la carte d’identité nationale. Ils tiennent à entretenir la confusion autour de cette importante question liée à la vie du pays. C’est ainsi que tout serait fait pour priver l’Office national d’identification de la population de ses moyens d’action.
Vivement un gouvernement digne de ce nom.
Il sied de rappeler que c’est dans la même optique que le ministre du Portefeuille, Clément Kwete, avait délibérément bloqué pendant une année les ordonnances signées par le chef de l’Etat portant mises en place des mandataires dans quelques entreprises publiques. Il aura fallu que le président de la République, qui en avait assez, hausse le ton pour que le ministre concerné s’exécute enfin.Enfin, il y a quelques mois, le ministre des finances s’est tristement illustré dans le dossier relatif à la gestion des recettes générées par la délivrance du passeport. José Sele Yalaghuli tenait absolument à éloigner la ministre d’Etat en charge des affaires étrangères pour qu’il demeure le seul responsable de la gestion de ces recettes pour lesquelles il voulait ouvrir un compte dans une banque commerciale de son choix.
Pour éviter ces blocages et permettre aux institutions nationales de fonctionner normalement, le souhait de tous est de voir le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, doter au plus vite le pays d’un gouvernement digne de ce nom, au service du peuple et non des intérêts mesquins. La population demande que tous ceux qui bloquent actuellement le pays en se conformant aux instructions de l’autorité morale du FCC, ou qui adhèrent à l’Union sacrée de la nation pour couvrir leurs méfaits du passé, ne fassent pas partie de la prochaine équipe ministérielle.

RÉDACTION :

+243999997401

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *