RDC/Sonas:Voici comment Carole Agito avait attribué des maisons à la Kabilie pour garder son pouvoir

Par Jean Marie Basa

L’opinion nationale n’arrêtera pas de sitôt d’évoquer la gestion catastrophique par Carole Agito de la société nationale d’assurances –SONAS-. Après l’arrestation de l’ancien Directeur général, Herman Mbonyo pour des motifs de détournement des fonds, cette dame qui était son adjointe, n’a pas été inquiétée par la justice grâce à ses soutiens politiques. Elle assumera ainsi le long intérim de Directrice générale de l’assureur national. En contrepartie, elle n’hésite pas à dépouiller la Direction immobilière des maisons et villas dont la location devait rapporter beaucoup de recettes à l’entreprise.
Ainsi, des sources proches de la Sonas indiquent que Carole Agito aurait attribué à Jaynet Kabila, la sœur jumelle du président sortant, des maisons situées sur l’avenue Bocage, quartier Macampagne, dans la commune de Ngaliema. Cette dernière y avait placé des personnes qui n’ont jamais payé un quelconque loyer mensuel. Ou si elles payaient, l’on ignore toujours la direction que prenait cet argent puisque jamais encaissé par la Direction immobilière de la Sonas.
Dans la foulée, l’ancienne Directrice générale intérimaire aurait attribué des appartements à Beya Siku, ancien Directeur de cabinet de Joseph Kabila, et ancien ambassadeur de la RDC en Angola, dans l’immeuble jouxtant la Direction générale de Migration –DGM-, sur le boulevard du 30 juin, dans la commune de la Gombe, non loin de l’immeuble de l’Ogefrem et des bureaux de la Chancellerie des ordres nationaux. Ici aussi, le loyer desdits appartements n’a jamais été enregistré dans les caisses de la Sonas.
Mais, se sachant incapable d’affronter la concurrence, et pour échapper aux poursuites judiciaires, elle se réfugie au Sénat où les élus de l’ancienne Province Orientale ont préféré l’aligner au poste de questeur. Pourtant, seule l’évocation de ce nom fait rappeler aux agents et cadres de la Sonas les pires souvenirs de sa gestion chaotique.
Espérons que les sénateurs qui l’ont choisie au poste de questeur, ne seront pas déçus, et que si un quelconque manquement venait à se produire dans sa gestion, ils auront le courage de la sanctionner comme il se doit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *