Union Sacrée de la nation : Imbroglio au FCC, les deux Patrick Kanga et Muyaya se tirent de bales.

Union Sacrée de la nation : Imbroglio au FCC, les deux Patrick Kanga et Muyaya se tirent de bales.

Par Espoir Botumba

On assiste depuis ce matin sur les réseaux sociaux à une guerre ouverte entre l’honorable Patrick muyaya et Patrick Kanga, tous deux, jeunes du FCC famille politique de Joseph Kabila.

Le député national Patrick Muyaya s’est exprimé sur la crise politique actuelle qui sévit en République démocratique du Congo. À travers son compte Twitter. Cet élu national du Parti Lumumbiste Unifié (PALU), déclare que ceux qui alimentent cette crise sont des gens qui ont, dans le passé, utilisé notamment le débauchage comme stratégie politique.

« Les responsables de la crise actuelle sont ceux qui, dans le passé, ont utilisé le débauchage, le dédoublement, la division comme stratégie politique. Quand je dénonçais cette comédie congolaise, certains me disaient que c’est la politique. Est-ce aussi la politique pour eux today ? », s’interroge Patrick Muyaya.

Une réaction qui n’a pas été digérée par le jeune lieutenant de Joseph Kabila. Selon Patrick Kanga, muyaya doit se manifester publiquement et signer son adhésion au Cach de Félix tshisekedi « Je ne pense que la meilleure conception de servir le pays. C’est d’être mangeable à toutes les sauces. Avoir une idéologie politique n’est pas antinomique à servir la patrie. Les exemples sont légions ici et ailleurs. Tu n’auras tué personne en adhérant officiellement au CACH ». A-t-il écrit sur son compte Twitter.

La situation politique en RDC est caractérisée par la crise au sein de la coalition au pouvoir ; FCC-CACH. Cette crise a été renforcée par les nominations et la prestation de serment de nouveaux juges de la Cour constitutionnelle.

Pour le camp du président Kabila, ces nominations ont violé la constitution. Des accusations rejetées par le Cap pour le Changement (CACH), plateforme politique dont le président Tshisekedi est autorité morale.

Pour trouver solution à cette crise, le chef de l’État a convoqué depuis lundi 2 novembre 2020 des consultations en vue de recueillir les avis des acteurs sociopolitiques du pays pour créer une Union sacrée de la nation.

De son côté, le FCC s’est, à l’issue de sa retraite politique de Safari Beach dimanche dernier, dit ouvert au dialogue avec le président Tshisekedi mais, précise-t-il, dans les structures et mécanismes prévus par l’accord de coalition. Reste à savoir quelle est l’issue réservée à cette crise qui freine non seulement la vie nationale mais aussi la mise en œuvre du programme commun du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *