Grâce à sa probité morale et intellectuelle Angélique Kikudi gère l’Office national de l’emploi dans la transparence

Grâce à sa probité morale et intellectuelle
Angélique Kikudi gère l’Office national de l’emploi dans la transparence

Elle compte parmi les femmes congolaises qui tirent leur épingle du jeu dans l’exercice des charges publiques qui leur sont confiées, prouvant de la sorte qu’une femme bien formée et éduquée, est capable de réaliser des performances au même titre que l’homme. C’est ainsi que compte tenu de ses capacités managériales, les autorités continuent de la garder à la tête de cet établissement public doté de l’autonomie administrative et financière, dont la principale mission consiste à accompagner le gouvernement de la République dans la mise en œuvre d’un des volets de son programme portant sur la réduction du taux de chômage par la création d’emploi.
Désignée en 2009 en qualité de Directrice générale de l’Office national de l’Emploi –ONEM- créé en 2001, le Dr Angélique Kikudi a toujours fait montre de grandes capacités de gestion de cet établissement public dont la mission essentielle consiste à promouvoir l’emploi. Grâce à son savoir-faire, l’ONEM s’est très rapidement fait connaître à la population comme un partenaire incontournable du gouvernement dans la lutte contre le chômage. A ce jour, cet établissement public dispose des antennes dans toutes les communes de la ville de Kinshasa et dans les provinces. Mais, comme cela arrive généralement à des cadres qui remplissent leurs devoirs dans le strict respect des directives des autorités de l’Etat, cette dame fait l’objet, à des intervalles réguliers, des accusations qui ne reposent sur aucune preuve palpable. Ceux qui n’ont jamais supporté de voir une femme réussir des performances là où des hommes auraient pu mordre la poussière, se répandent en de fausses allégations contre le Dr Angélique Kikudi dont la gestion n’a jamais été opaque. Se conformant à la vision du chef de l’Etat sur l’emploi de la jeunesse, elle met un point d’honneur dans l’exécution des missions confiées à l’établissement public placée sous sa responsabilité. Grâce à son leadership éclairé, elle a réussi des résultats qui font pâlir de jalousie des personnes malveillantes. Il s’agit notamment de l’application d’une partie du texte légal créant l’ONEM, l’obtention de la contribution patronale, l’amélioration des conditions de vie des agents par la signature de la Convention collective visée par l’Inspection générale du travail, l’acquisition d’un financement international pour la réalisation d’un projet du gouvernement destiné à promouvoir l’emploi des jeunes via des formations dans des entreprises tant publiques que privées; un financement international pour l’acquisition d’un équipement moderne pour l’enregistrement des chômeurs dans la base des données de façon électronique, etc.
Un coup d’épée dans l’eau
Au lieu de se féliciter de ces acquis, ses détracteurs ont pris ombrage, et continué à manipuler des réseaux pour cette fois faire état d’un prétendu détournement d’un montant de l’ordre de 320.000 dollars US qui devait servir à la formation et encadrement des demandeurs d’emploi. Ils sont même allés jusqu’à insinuer que la Directrice générale vendrait des cartes de chômeurs, laquelle devrait être délivrée gratuitement. Et d’ajouter, pince sans rire, qu’Angélique Kikudi aurait placé ses cousins, tantes, neveux et oncles à la tête des services des entités provinciales de l’ONEM. Ses détracteurs oublient que toute organisation financière internationale ne débourse jamais de grosses sommes d’argent sans s’assurer au préalable de son utilisation, et qu’après, un rapport est toujours demandé au bénéficiaire. Tel est, c’est le cas ici, de la Banque africaine de développement –BAD- qui avait, en son temps, alloué à l’Office national de l’Emploi la somme de 320.000 dollars US pour l’emploi des jeunes, et qu’un audit avait été diligenté à l’ONEM par cette institution financière africaine au terme de ce programme. Aucun manquement n’ayant été observé par les auditeurs, la BAD s’était félicitée des résultats obtenus par la Direction générale de l’ONEM grâce à ce financement.
A propos de la vente de la carte de chômeur, ou de l’accusation de népotisme, les observateurs neutres savent que cette pratique n’a jamais été enregistrée au sein des services de l’Office national de l’emploi. D’ailleurs, pense-t-on que les autorités du pays auraient laissé la DG Angélique Kikudi se comporter comme bon lui semble ? Des mises en garde ne lui seraient-elles pas déjà adressées à ce propos ? Pourtant, à ce jour, aucun grief n’a été mis à charge de cette dame qui se dépense corps et âme pour remplir au mieux des intérêts de la population, les missions qui lui sont confiées. Ainsi, au lieu de passer inutilement le temps dans des fausses allégations, l’on devrait plutôt l’encourager tout comme l’ensemble du personnel à rechercher avec les pouvoirs publics, les voies et moyens de promouvoir l’emploi à l’heure où il s’agit de relancer la production dans tous les secteurs. Un pays ne se construit pas dans le mensonge, mais dans la vérité et la solidarité. Que ses détracteurs se le tiennent pour dit.
Flash Info Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *