RDC/INPP:Maurice Tshikuya lavé de tout soupçon !

Tiré de LE BAROMÈTRE

Après vérification des folles rumeurs répendues comme une traînée de poudre donnant l’Adg de l’INPP, Maurice Tshikuya comme fugitif au motif qu’il craignerait le rapport accablant de l’inspection générale des finances, lebarometreonline.com est en mesure aujourd’hui d’eclairer l’opinion qu’elle a été induit en erreur par ses sources à travers un de ses reporters.
Selon ces informations puisées à la bonne source, l’Adg Maurice Tshikuya n’est pas en fuite. Il est bien rentré à Kinshasa après sa mission à Muanda au Kongo central.

A en croire nos sources, les inspecteurs de l’IGF sont encore en mission de contrôle à l’INPP. A ce jour, ils n’ont pas encore produit ni feuille d’observation ni rapport d’audit. A se demander sur base de quoi les détracteurs de Maurice Tshikuya distillent toutes ses fausses informations ? En creusant, l’on peut affirmer sans crainte d’être contredit que la guerre de succession a été enclenchée à l’Inpp. Hors, celle-ci ne doit pas empêcher à la presse voir aux détracteurs de l’Adg de l’Inpp de reconnaître le travail titanesque abattu par ce manager.
Aussi, à ce jour, nul n’ignore que l’Inpp constitue un cas d’école pour la Rdc. Hier presqu’en cessation de paiement avec 49 mois d’arriérés de salaires, contre zéro aujourd’hui ; 8 centres sans infrastructures viables contre 40 centres viables aujourd’hui ; 1980 personnes formées par an contre 57.000 formées aujourd’hui et 1534 emplois créés et rémunérés. Qui dirait encore mieux par rapport à ces performances qui se passent de tout commentaire ?

Les assises de Muanda

Selon nos recoupements fait au sujet de l’absence du DG Maurice Tshikuya à Kinshasa, il nous revient qu’il participait, avions-nous évoqué ci-haut, à une conférence dans la ville côtière de Muanda que l’organisation internationale du travail à travers le BIT organise chaque année de sommet du monde du travail. D’habitude, poursuit nos sources, ce sommet se tient au siège de l’OIT et BIT qui se trouve à Genève en Suisse. Compte tenu des mesures édictées pour combattre la propagation de virus à Corona (covid-19), exceptionnellement cette année, il a été demandé aux participants que chacun reste dans son pays et que le secteur de tutelle qui fait le point focal de cette organisation puisse organiser localement l’activité. Pour le cas de la Rdc indique-t-on, ce sommet s’est tenu à Moanda dans la province du Kongo central où d’ailleurs le chef de l’État y a pris part le dernier jour via la visioconférence. On rappelle également que la ministre du travail, Claudine Ndusi, l’ex Dga de l’INPP, a intervenue au cours de ce sommet.
Voilà la vérité crue qui tord le cou aux rumeurs fantaisistes véhiculées dernièrement sur une prétendue fuite du DG Maurice Tshikuya.
A l’issue de ce sommet, le numéro un de l’INPP a pris soins de visiter toutes les installations de cet établissement en passant par Boma pour chuter à Matadi où il a palpé le nouveau bâtiment qui sera inauguré très prochainement.

A noter également que la liste qui circule sur la toile sur les entreprises qui seraient dans les collimateurs de l’IGF, le nom de l’INPP n’y figure pas. C’est donc une fausse alerte montée de toutes pièces dans les laboratoires ténébreux pour nuire gratuitement à l’image de ce manager qui fait la différence sur le plan managérial et qui est cité en exemple par la hiérarchie au regard de ses réalisations monumentales depuis qu’il préside aux destinées de cet établissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *