RDC/12ieme prorogation de l’Etat de siège : Emery Okundji propose l’alternative

Par Pius Romain Rolland

Ce mercredi 17 novembre, les élus nationaux ont été soumis à l’exercice parlementaire de proroger l’état de siège décrété par le Chef de l’Etat dans les provinces en proie à l’insécurité. Il s’agit de l’Ituri et du Grand Nord.

Pour la douzième fois, les députés nationaux ont été soumis à cet exercice contre le gré, soutient un député national qui a requis l’anonymat.

Ceux de la partie orientale, la plus part d’entre n’ont pas pris part à cet exercice depuis la dixième demande, même à celle présentée par Madame Rose Mutombo, ministre de la justice et Garde des sceaux ce mercredi 17 novembre.

Parmi les élus nationaux qui ont pris part active aux travaux parlementaires du jour, Emery Okundji Ndjovu a proposé les pistes de solutions quant à l’efficacité de l’Etat de siège dans cette partie de la République.

Pour l’élu de Katako Kombe, l’insécurité à l’Est de la République Démocratique du Congo provient des pays voisins (Ndlr Rwanda, Burundi et Ouganda).
Pendant que ces pays insécurisent l’Est, la République Démocratique du Congo ne fait rien et n’agit pas dans leurs pays. Faisant allusion aux rebelles qui attaquent nos forces armées, une fois anéantis se réfugient dans ces pays, et le Congo n’agit presque pas.

Pourtant, l’Honorable Emery Okundji Ndjovu estimé que cette manière d’agir de nos voisins de l’Est ne favorise pas un climat de paix, d’entente mutuelle ni de savoir vivre.
La République Démocratique du Congo est un pays capable de beaucoup de choses, il suffit d’avoir une diplomatie agissante, sincère avec ces pays voisins. D’où, la règle d’or en ce domaine diplomatique est la réciprocité. A ce propos, il suggère que la République Démocratique du Congo puisse l’appliquer en pareille circonstance en cas d’attaque et même de fomenter les rebelles contre nous.

Il en va de même de mettre fin à la pratique de certains militaires originaires de l’Est qui s’estiment intouchables et non déplaçables qui se comportent en monarque traditionnel dans leurs territoires d’origines.
Pour l’élu de Katako Kombe, les forces de défense et de sécurité sont sous le drapeau de la République. Elles peuvent servir partout ailleurs, y compris au centre du pays, tout comme à l’ouest du pays et pourquoi pas au Nord ou au Sud

En outre, il souligne la nécessité d’appliquer la politique d’anéantissement et dissuasion contre les groupes armés locaux et même étrangers, qu’ils aient le même traitement sans discrimination.

Pour ce faire, l’honorable Emery Okundji souligne la nécessité de faire partir la Monusco après plusieurs années aux résultats mitigés. Il reconnaît l’apport de la Monusco après plusieurs, mais le Congo n’est toujours pas en paix.

Pour lui, se fondant sur l’exemple d’un autre pays qui avait retrouvé la paix après le départ de ces forces des nations unies, la République Démocratique du Congo est en droit de remercier et s’approprier sa sécurité, instaurer la paix à l’interne tout comme à l’externe avec ses voisins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *