RDC/Désignation des membres de la CENI : Christophe Mboso plante des mauvais germes !

Par Pius Romain Rolland Ngoie

Le 16 Octobre, date inscrite dans les annales de l’histoire de l’assemblée nationale de la République Démocratique du Congo. La tricherie, mais également proclame le début de la vie politique mouvementée plus que celle d’hier.

A l’issue de la plénière fortement contestée, à l’Assemblée Nationale, le citoyen Mboso Kodia Mpwanga Christophe, président du bureau de cette chambre basse du parlement, a procédé à l’enterinement des membres du bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Dans une plénière dominée par les députés nationaux ayant transité vers l’union sacrée de Félix Antoine TSHISEKEDI, le citoyen Mboso a procédé par un forcing à l’enterinement ce, malgré la marche de protestation de Lamuka mais également la dénonciation et protestation des élus nationaux du Front Commun pour le Congo, FCC en sigle.

Cependant, l’insolite dans cette aventure parlementaire de désignation des membres de la CENI, deux noms aux origines provinciales douteuses. Il s’agit de Madame Patricia Nseya Mulela ( élue UDPS/Likasi) et Madame Ngalula Joséphine (Société civile).

A en croire nos sources les plus crédibles, les deux membres de l’actuelle CENI ne sont pas originaires des provinces auxquelles elles sont désignées.

Toutes deux sont originaires du Kasaï Oriental et non du Haut Katanga pour Patricia Nseya Mulela et la LOMAMI pour Ngalula Joséphine.

Cette dernière, c’est-à-dire Madame Joséphine Ngalula Kabeya, née à Lubumbashi le 21 mai 1960, sur son formulaire de demande de passeport, elle s’identifie comme étant la fille de Monsieur Kabeya Telesphore et de Ngalula; originaire de la localité de Bena Mbayi; du Territoire de Miabi et du secteur de Kakangayi, dans l’actuelle province du Kasaï Oriental ; Tandis que sur sa carte d’électeur NN21997526168, Code CI 540 028, délivrée à Kenge, le 14 Décembre 2018, elle s’identifie comme étant originaire du secteur et Territoire de Ngandajika, dans l’actuelle province de Lomami.

Devant une personne a double identité, elle qui est du secteur de Droits l’homme, Madame Joséphine Ngalula est une usurpatrice d’identité. Elle s’est fait passer originaire de Lomami, dans le seul but d’avoir un quota au bureau de la CENI, en réalité elle est Kasaienne comme le Chef de l’Etat, Denis Kadima et Madame Patricia Nseya Mulela.

Partant de ce forcing, le processus électoral en République Démocratique du Congo sous le régime du citoyen Félix Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI plante non seulement les germes de contestation, mais également de la tricherie du fait de l’entêtement d’imposer Denis KAZADI KADIMA, cousin germain de l’actuel Chef de l’Etat.

Au delà de la désignation d’un proche parent, Félix Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI a planté le décor de sa réélection à tous les postes des institutions par les nominations des membres de sa province d’origine ( Finances, Banques Centrales, Cour Constitutionnelle : Président et Procureur; Procureur près Tribunal d’Appel, le Ministère de l’intérieur, l’Assemblée nationale avec Premier vice président etc, et la Défense tenue des mains de son coépoux Kabanda).

On déshabille Saint Pierre pour habiller Saint Paul

Dans cet épisode d’imposition de Denis Kazadi Kadima à la CENI, le même senario qui écarta Monsieur Ronsard-Ernest Malonda Ngimbi semble identique.
Dans sa lettre du 13 juillet 2020, portant n° de réception 4548 adressée à l’honorable Jeanine Mabunda, alors Présidente du bureau de l’Assemblée nationale, le citoyen Président de la République écrivit dans un paragraphe ce qui suit :
« En tout état de chose, je constate que l’information selon laquelle Monsieur Malonda Ngimbi Ronsard-Ernest a été désigné à l’issue d’un processus interne aux confessions religieuses, est fortement contestée en fait comme en droit par certains membres de cette composante, à savoir l’église catholique, l’église du Christ au Congo et l’Eglise Kimbanguiste, comme les attestent leurs lettres PCR/ECC-CENCO/ABL-FAB/03/07/2020/BC-5° et n°069/EL/NK-J/DEV/BSI/CD/DG/KMM/020 dont vous êtes ampliataire.
A travers leurs lettres, ces églises affirment que : à la réunion du 08 au 09 juin 2020, il n’a pas été procédé à la désignation d’un délégué des confessions religieuses comme membre de la CENI. Elles soulignent que le procès verbal vous remis le 09 juin 2020 ne serait pas l’émanation du Président et du vice-président de cette composante lesquels sont les seuls, en vertu de l’article 17 de leur Charte constitutive, à engager la composante confessions religieuses » avait écrit Félix Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI à Jeannine Mabunda, en guise de son refus d’entériner Ronsard Malonda Ngimbi.

Ceci étant, le même processus qui a conduit au refus d’entériner Ronsard Malonda Ngimbi est le même qui entérine aujourd’hui Denis Kadima qui serait cousin du Chef de l’Etat.

En tout état de cause, en moins de deux années de l’organisation des joutes électorales, l’environnement politique semble être pollué comme l’écrit l’honorable honoraire Adam Bombole : « la contestation et le sang sera versé et que le bon Dieu protège les congolais. »

Ceci étant, le chaos qui se profile à l’horizon 2023 ne portera pas forcément bonheur à ceux qui en plantent le décor.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *