RDC/Déterminé à montrer l’interaction entre la science et la politique,le Dr Jérôme Munyangi présentera bientôt ses recommandations

Par JM B

A l’heure où les acteurs politiques se bousculent au portillon de
l’Union sacrée de la nation portée par le chef de l’Etat Félix
Tshisekedi, des questions reviennent constamment dans les
conversations : pourquoi les hommes de science ne s’intéressent pas à
la politique? Quelle est l’interaction entre la science et la
politique? Pourquoi les scientifiques sont sous-représentés au
Parlement ou au gouvernement ? Pourquoi, généralement, sont-ils
dépeints comme un groupe isolé dans une tour d’ivoire ? Enfin,
pourquoi encore de nos jours, des chercheurs perçoivent la science
comme étant au-dessus de la politique et de la vie courante.
Ces questions se posent surtout concernant le jeune médecin congolais,
le docteur Jérôme Munyangi. Depuis son retour au pays, à la demande du
chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, celui-ci n’a jamais fait une
déclaration en rapport par exemple avec la gestion de la pandémie du
coronavirus en République démocratique du Congo. Il a toujours gardé
un silence total, préférant s’adonner à ses recherches qu’à autre
chose. Mais de quelle politique parle-t-on? Doit-on comprendre que la
politique est l’œuvre des politiciens, le travail des élus? La
politique est-elle l’œuvre de fonctionnaires qui conçoivent et mettent
en œuvre une série de mesures? Certains spécialistes expliquent ces
questions par le mouvement qui s’opère dans les deux sens. D’un côté,
ce sont les scientifiques qui s’adressent aux politiciens, et de
l’autre les politiques qui sollicitent l’avis des scientifiques sur
des problèmes précis aux fins d’obtenir leur éclairage.
Eu égard à ces explications, l’on peut comprendre que ce sont les
scientifiques qui apportent des solutions aux fonctionnaires et aux
politiciens.
Les scientifiques ne s’occupent pas des intérêts des parties
Les scientifiques commencent par décrire le problème auquel la société
fait face, et tentent ensuite de le résoudre. En effet, lorsque les
scientifiques proposent une solution, ils ne se posent pas la question
de savoir si celle-ci s’inscrit dans une idéologie, dans une histoire,
dans des croyances.
De même, lorsque les scientifiques proposent une solution, ils ne se
posent pas la question de savoir dans quelles croyances et vision du
monde leur cadre conceptuel de définition et de résolution du problème
s’inscrit.
Par ailleurs, les scientifiques ne se voient pas agissant comme un
élément d’un système ou d’un réseau d’allégeance, chacun pouvant être
soumis à des personnes, à des institutions, que ce soit par des
pressions psychologiques, financières, ou tout autre élément qui
enlève au scientifique une partie de sa liberté.
Tenant compte des explications ainsi fournies par les spécialistes, le
docteur Jérôme Munyangi pourrait bien occuper des fonctions
politiques. Le fait qu’il ait été candidat aux élections provinciales
de 2018 sur la liste du regroupement ABCE de l’ancien ministre des
finances Athanase Matenda Kyelu, membre du Front Commun pour le Congo
(FCC) le prouve. Cela ne le gêne nullement. Sous d’autres cieux, l’on
voit des hommes de science exercer des fonctions politiques pour aider
les politiques à mieux orienter leurs décisions. Il en va de même pour
les scientifiques congolais qui sont conscients, contrairement à ce
que pense une certaine opinion, de l’importance de leur implication
active dans le processus d’élaboration des politiques publiques. Ils
ont toujours contribué à faire profiter la société congolaise des
connaissances générées par la recherche ou la science.
Depuis des décennies, les scientifiques congolais ont toujours
interagi avec les élus
pour les aider dans la prise des mesures destinées à l’intérêt
général. C’est dans cette optique que l’on apprend que le Dr Jérôme
Munyangi présentera bientôt ses recommandations visant à créer les
liens entre la politique et la science dans notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *