RDC/DGI:Muté à Kisangani,le directeur André Lumu refuse d’occuper ses nouvelles fonctions


Par JMB


Ce qui se passe présentement à la Direction générale des impôts –DGI- ne surprend guère les observateurs. Pour eux, l’on devait s’y attendre. En effet, l’on se rappelle qu’au lendemain de l’élévation de Barnabé Mwakadi aux fonctions de Directeur général de cette régie financière, un groupe de directeurs avaient publiquement manifesté leur mécontentement. Pour eux, ce cadre ne pouvait pas accéder à ce niveau élevé d’autant qu’il était leur inférieur dans la hiérarchie. C’est donc avec un pincement au cœur qu’ils travaillent aujourd’hui sous sa direction. André Lumu ferait partie de ce groupe de mécontents.
Le comportement de ce directeur pourrait être assimilé à un acte de rébellion, d’insubordination et d’indiscipline. D’autant que c’est la première fois dans l’histoire de cette régie financière que cela se produit. Assuré de ses soutiens dans les milieux politiques, André Lumbu s’est donné le luxe de faire fi de l’arrêté du ministre des finances, son autorité de tutelle, le permutant à la Direction provinciale de Kisangani.
Directeur de Grandes entreprises et ancien directeur de la DGI, dans l’ex- Katanga, il soutient qu’il ne peut pas s’éloigner de la capitale. Il serait appuyé dans son refus par un réseau d’opérateurs économiques expatriés qui ne comptent que sur son intervention dans leurs magouilles. Bien plus, il argue que le ministre des finances, Nicolas Kazadi et le DG de la DGI, tous d’eux ressortissants de l’espace Grand Kasai, se seraient ligués contre lui pour l’écarter de son poste.
La corde tribale agitée
Ainsi, des sources concordantes laissent entendre que ce directeur agiterait la corde tribale grâce à un grand lobbying mené auprès du Premier ministre Sama Lukonde et du directeur de cabinet du chef de l’État, Guylain Nyembo, aux fins d’obtenir son maintien à Kinshasa. Voilà pourquoi il s’oppose à la cérémonie de remise et reprise qui devait intervenir le jeudi 28 juillet sous le regard du ministre des finances, à qui il aurait proposé, signale-t-on, une importante somme d’argent pour qu’il rapporte son arrêté le concernant.
En attendant l’aboutissement de ses démarches en hauts lieux, il s’emploierait à instrumentaliser quelques agents, cadres, acteurs politiciens et la presse pour leur faire avaler de fausses informations relatives à la baisse des recettes mobilisées par la Direction générale des impôts à la veille de la grande échéance du 31 juillet 2021.
Bien que déjà remplacé à la tête de la DGE par John Musengie Lafont, Bernard Lumu ne baisse donc pas les bras. Il remue ciel et terre pour que la prétendue baisse de recettes soit imputée au DG Barnabé Muakadi. Franchement, c’est la première fois qu’un haut cadre d’une régie financière refuse de se soumettre aux ordres de sa hiérarchie simplement parce tenant à tout prix à garder le contrôle d’une unité qu’il considère comme sa chasse gardée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *