RDC/Election du Sénat:Le sénateur Guy Loando,ambition démesurée pour le poste du président

Par VTP

Depuis la chute du bureau de la chambre haute du Parlement qui était jusque-là dirigé par le sénateur Alexis Thambwe Mwamba, c’est le bureau d’âge qui a pris la place sous la conduite du doyen Mamboleo. Et en prévision de l’élection des membres du bureau définitif du Sénat, certains élus afficheraient déjà leurs ambitions.
A en croire des sources concordantes, le sénateur Guy Loando aurait décidé de ne plus attendre la date de dépôt des candidatures aux différents postes de cette chambre, ainsi que celle du lancement de la campagne électorale. Il remuerait déjà ciel et terre pour se positionner au poste de président du Sénat. Ce qui ferait déjà sourire nombre de ses collègues qui estiment que l’élu de la Tshuapa en ferait un peu trop. Il convient de rappeler qu’en 2019, Guy Laondo avait visé le poste de questeur du Sénat, arguant que c’est pour apporter en complément de la sagesse des membres du bureau de la chambre haute du Parlement, le dynamisme, l’enthousiasme et la vigueur de la jeunesse et, aussi mettre à sa disposition une riche expérience de la bonne gestion acquise dans le privé comme gestionnaire ou administrateur de grandes entreprises d’envergure nationale ou internationale. Cet argument n’avait pas du convaincu les sénateurs qui lui avaient préféré un autre collègue plus aguerri en matière de gestion des finances publiques.
Des dents trop longues
Cette défaite ne lui aurait pas servi de leçon, puisqu’au lieu de s’occuper de sa fondation qui lui sert de moyen de propagande, Guy Loando viserait à présent le perchoir. Oubliant que le poste de président d’un Sénat requiert une longue expérience dans la gestion des affaires de l’Etat, l’humilité, la sagesse, et pas l’activisme outré comme certains reprochent au sénateur Guy Loando. Par ailleurs, certaines sources font état du conflit qui opposerait le sénateur de la Tshuapa à d’autres élus du Grand Equateur. Parti à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur, pour la cérémonie de remise du pallium à l’actuel archevêque du diocèse Mbandaka-Bikoro, l’on n’aurait pas compris que le président de la fondation Widal ait entrainé le directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat, dans ses pérégrinations au nord comme au sud de cette partie du pays. Ce, au nom du président de la République, Félix Tshisekedi.
Quoi qu’il en soit, beaucoup de sénateurs conseilleraient plutôt à Guy Loando de ne pas courir si vite, au risque de cogner un gros arbre et de se casser les dents. Il devrait plutôt laisser les années passer, et acquérir l’expérience, la sagesse et l’humilité, trois éléments clé pour le poste de président de la chambre haute du Parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *