RDC/Équateur/Jean Claude Baende:un fauteur de troubles !

Par Médard Kahasha Nyelemo

Depuis sa révocation, sur une ordonnance signée par le président sortant, Joseph Kabila, l’ancien gouverneur du Grand Equateur continue de s’agiter comme un diable dans un bénitier. Il ne veut nullement s’avouer vaincu, encore moins adopter un profil bas pour faire oublier de la mémoire des populations les méfaits commis pendant son mandat de chef de l’exécutif provincial de l’Equateur.
Chaque jour, il ne rêve qu’à son retour aux fonctions de gouverneur de l’actuelle province issue du démembrement du Grand Equateur. Pour y arriver, il s’évertue à distiller des mensonges éhontés dans l’opinion publique, croyant de la sorte se donner bonne conscience. En effet, à partir de Kinshasa, Jean Claude Baende, un politicien en mal de positionnement, utilise abondamment les réseaux sociaux pour vilipender les dirigeants actuels de cette entité politico-administrative. Il fait donc feu de tout bois. Cet ancien prêtre de l’archidiocèse de Mbandaka-Bikoro excommunié pour son très mauvais comportement, ne supporte pas d’être mis à la touche. Il s’imagine toujours que ceux qui gèrent présentement l’Equateur ne devraient pas être là.
Un agitateur démasqué
L’on se rappelle qu’au cours de ces derniers mois, la province réputée calme et stable, a connu des soubresauts qui ont failli mettre le feu aux poudres. Il a fallu que les autorités provinciales lancent de grands travaux de modernisation de la voirie urbaine de Mbandaka, de l’éclairage public pour que les oiseaux de mauvais augure tapis dans l’ombre à Kinshasa, se mettent en branle. Ils ont manipulé un petit groupe de députés provinciaux pour semer les désordres et paralyser l’élan pris dès le début de la présente législature pour le développement multisectoriel de la province. Ils ont visiblement du mal à voir les autorités actuelles réussir là où ils avaient mordu la poussière. Cela a abouti à la suspension sans raison valable du gouverneur en fonction, alors que ce dernier venait de regagner le chef-lieu de la province assuré de l’appui du gouvernement de l’Union sacrée pour préparer la prochaine Conférence des gouverneurs de provinces.
A en croire des sources généralement bien informées, l’on apprend que l’homme-orchestre de cette situation trouble ne serait autre que Jean Claude Baende. Pour nombre d’observateurs, cela ne devrait surprendre outre-mesure quand on sait que ce prêtre s’est signalé depuis sa chute par des coups fourrés et des manœuvres dilatoires visant à le ramener au gouvernorat de l’Equateur.
Un parcours sinueux
Jean-Claude Baende est bien connu à l’Eglise catholique et des Equatoriens pour son comportement exécrable. L’on rappelle qu’après avoir servi comme acolyte dans sa paroisse d’Air Zaire, devenu Air Congo à Mbandaka, Jean-Claude Baende avait été totalement pris en charge pour son cursus solaire et sa formation sacerdotale par l’Eglise catholique. Mais, au lieu d’exercer honorablement sa mission, une fois devenu prêtre, il va se tourner très rapidement vers la politique et renonce à son engagement, conscient sans doute que ses faits et gestes ne vont pas cadrer avec les valeurs de l’Eglise universelle. Hissé au niveau de gouverneur, il entretient des conflits avec feu Mgr Joseph Kumuondala qui ne tardera pas à prédire sa chute politique. Aujourd’hui encore, la prédiction du prélat disparu se vérifie.
Au lieu de s’arrêter là, JC Baende aura maille à partir avec l’ancien président du Sénat Léon Kengo wa Dondo, un notable respecté de tous, oubliant les biens obtenus de l’auteur du livre « La passion de l’Etat ». L’on ne peut également passer sous silence son conflit avec José Endundo, alors ministre pour le compte du MLC dans le gouvernement 1+4. Pourtant, c’est Endundo qui lui permit de regagner le pays, et le prit comme chargé de missions dans son cabinet. Contre toute attente, l’enfant prodigue va s’opposer à son mentor, en l’affublant des noms d’oiseaux.
Toujours à la recherche du pouvoir, il va se rapprocher des enfants Mobutu qui revenaient au pays au lendemain du dialogue intercongolais de Sun City, et fera miroiter à Manda, Nzanga et Ngawali Mobutu des projets d’investissement à Mbandaka, lesquels ne verront jamais le jour. Il se tourne ensuite vers Oscar Kashala, alors candidat président de la République qu’il va rapidement abandonner dès la proclamation des résultats des urnes. Il courtise ensuite Jean Pierre Bemba qui le recommande à José Makila pour former un duo pour diriger l’Equateur en qualité respectivement de gouverneur et vice-gouverneur.
Pendant les absences du pays du gouverneur, JC Baende propose à Joseph Kabila le soutien des populations de l’Equateur, et finira par être nommé gouverneur au détriment de José Makila qui n’aura que ses yeux pour pleurer. Va-t-il demeurer dans le camp de l’ancien président même s’il l’a révoqué ? Que non ! Il ne tarde pas à embrasser Félix Tshisekedi et l’Union sacrée, croyant obtenir le poste de gouverneur de l’Equateur. Ou tout au moins, un ministère dans le gouvernement du Premier ministre Sama Lukonde. Une fois de plus, il échoue.
Comme on peut s’en rendre compte, ce parcours sinueux ne peut inspirer confiance à quiconque. Toutes les personnalités originaires de cette province, avant et après son démembrement, ne jurent pas que par sa disparition définitive de la scène politique. Triste fin de carrière d’un prêtre excommunié et d’un politicien sans scrupule.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *