RDC/l’UNPC menace de boycotter les états généraux de la presse pour manque de transparence dans l’organisation !

Par Olondo Joseph

Les professionnels de médias congolais avaient salué la volonté de l’actuel ministre, Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement, de relancer le dossier des états généraux de la presse lui légué par son prédécesseur, Jolino Makelele. Curieusement, au lieu de traîter l’Union Nationale de la Presse du Congo –UNPC- comme son partenaire donc co-organisatrice de ces assises,le ministère voudrait la considérer comme un des services administratifs.Or, l’Union est une ASBL qui a une personnalité juridique.En sa qualité d’organe fédérateur de journalistes de notre pays,l’UNPC ne peut en aucun cas brader et négocier ce que la loi lui reconnaît.
Le ministre se permet de faire appel à des structures qui ne sont que des organes de l’UNPC. Ça sent la tricherie,la légèreté et le manque du sérieux. Ce manque de considération n’est pas accepté par cet organe. D’où la menace par l’Union de boycotter ces assises.

A ce sujet précis, l’on apprend que le gouvernement voudrait faire un premier décaissement de l’ordre de 200.000 dollars US pour l’organisation de ces travaux dans la sérénité. Le ministre de la communication et média sortant, Jolino Makelele avait assuré la délégation de l’UNPC que cette somme se trouvait déjà dans la chaine de dépense.Son successeur avait là un premier dossier à traiter en priorité.
Concernant le format, l’on indique que les travaux doivent bénéficier du concours du gouvernement de la République par le biais du ministère de la communication et média en tant qu’autorité de règlementation des médias en RDC et de l’Union Nationale de la Presse du Congo comme autorité d’autorégulation.Malheureusement les choses se font sans moindre règle de l’art.
Mais, avant toute chose, c’est seule l’UNPC qui devrait se charger d’identifier les organisations membres pour participer aux travaux préparatoires des états généraux, et aux travaux proprement dits. Ce qui n’est que justice, d’autant plus que l’Union Nationale de la Presse du Congo est la seule autorité d’autorégulation en RDC ayant le pouvoir de reconnaitre la qualité de journaliste à une personne. Pour cela, elle dispose en son sein de plusieurs organisations spécialisées dont l’ANECO, l’ANEAP, l’UCOFEM, JED, ACOFEPE, etc.
A ce titre, l’UNPC demeure la seule interface entre le pouvoir public et la population. Il est dès lors curieux que le ministre Patrick Muyaya, journaliste de son état, ignore totalement l’UNPC dans l’organisation de ces états généraux de la presse, et se tourne vers des Ong qui n’ont ni qualité ni compétence en cette matière.
Qu’adviendrait-il alors au cas où l’UNPC décidait de ne pas assister aux travaux de ces états généraux non préparés par elle? Le ministre de la communication et médias est appelé à prendre conscience du danger qui guette ces travaux dont les préparatifs sont boudés par une grande frange de journalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *