RDC/ EST DE LA RDC, ETAT DE SIEGE,PARADOXE D’UNE INSECURITE GRANDISSANTE DECRIE COCOLUCO

Par Theodore LUMU

Mis en place depuis le 03/ mais 2021, par le chef de l’Etat pour cause d’une insecurité grandissante dans la partie EST du pays de plus de deux decenies , dans la province de l’Ituri et celle du Nord Kivu, l’Etat de siege avait comme objectif d’enrayer les conditions qui favorisent l’insécurité dans ces provinces, principalement les groupes armés qui y sement la mort, et assurer en permanence la sécurité des personnes et de leurs biens, cette disposition semble etre affaiblie selon un constat malheureux que fait cocoluco struture de la societé civile de lutte contre la corruption et de bonne gouvernance.
Selon Sam BAKASENDE WA KASENDE , Cordonateur Pays de Cocoluco, lors d’une tournée effectuée dans cette partie Est de la Republique afin de redynamiser sa structure et palper du doigt l’evolution de l’Etat de siege, Le constat est amer.
Malgré l’Etat de siege instauré dans cette partie du pays, les conditions sécuritaires peinent à s’ameliorer et elle se sont meme détériorées d’avantage, le nombre des victimes sous Etat de siege est dejà à 1814 morts et des deplacements massifs.
A la question de savoir pourquoi cet echec, selon Cocoluco, Cela est du au déficit de planification de l’Etat de siege, la superposition de commandement, la coordination deficiente des operations militaires et abscence de renseignement exacts sur l’ennemi, la marginalisation du programme de désarmement, l’insuffisante des moyens alloués aux operations, insuffisance des effectifs militaires, inadéquation de l’approche militaire choisie et crise de confiance , l’abscence de la monusco sur le champ d’opération pourtant sur le plan logistique elle pouvait quppléer aux insuffisances des FARDC, souvent confrontées aux problemes de mobilité, et de ravitaillement ainsi que l’irresponsabilité et la responsabilité de certaines personnalités politiques sur fond d’un comportement antipatriotique ou antipathique vis – à – vis du Président de la Republique Felix Antoine Tshisekedi.
Voyant ce constat si douloureux, cette structure de la lutte contre la corruption dans son engagement d’accompagner les institutions du pays felicite les deux gouverneurs militaires pour des avancées significatives et recommande à l’Etat congolais à Repenser l’approche sécuritaire actuelle, Etablir une chaine de commandement efficace et hierarchisée, Renforcer les moyens logistiques et les effectifs des Militaires, Unifier le commandement, Mettre en place des stratégies efficaces pour la réintégration sociale des combattants, Renforcer l’action de la justice appelée à réprimer et à dissuader, Adapter le mandat de la Monusco en faisant d’elle une force combattante comme l’ONU agit ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *