RDC / Goma : L’APLTP déterminée à accompagner et prendre en charge les victimes de la traite des personnes

Par David MAHAMBA

Les victimes de la traite des personnes ont des droits qui doivent être défendus par les autorités, a fait savoir Mr Ely Thélot, conseiller technique à l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM). C’était à l’issu d’une session de formation initiale des acteurs de première ligne sur la traite des personnes en République démocratique du Congo, ce 25 Novembre 2021 à Goma dans la province du Nord-Kivu.

Organisée par l’Agence pour la Prévention et la Lutte contre la Traite des Personnes (APLTP), cette session de formation consiste à outiller les acteurs judiciaires afin de mieux défendre les droits des personnes marginalisées.

« Les victimes les plus touchées par différentes formes de la traite des personnes en RDC sont les femmes et les enfants. Avec l’APLTP, nous formons les acteurs de première ligne qui arrivent à identifier les cas de traite et à faire comprendre aux victimes qu’elles ont des droits qui peuvent être défendus par les autorités. C’est pour que les victimes trouvent justice, et que les bourreaux soient poursuivis. Quand on parle des acteurs de première ligne, on voit la police, les OPJ, les inspecteurs du travail, les assistants sociaux et les officiers de l’armée. La traite des personnes c’est l’une des violations les plus graves des droits de la personne dans le monde entier » a indiqué Ely Thélot, conseiller technique à l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM).

Cependant, l’APLTP dispose d’un accompagnement psychologique et financier pour les victimes de la traite des personnes.

« l’agence pour la prévention et la lutte contre la traite des personnes que l’OIM accompagne avec un financement de l’USAID, est entrain de développer un ensemble de mécanismes. On met à disposition des ressources pour que les victimes puissent reprendre une vie normale. On s’assure aussi qu’il ait de la confidentialité » a-t-il ajouté.

Pour sa part, le procureur de la république près le tribunal de grande instance de Goma qui a pris part à ces assises, a salué l’action de création de cette agence. Dauphin Mawazo pense qu’à l’issu de cette formation, son institution saura mettre sur pied, au delà de cette agence, une cellule au niveau du parquet afin de s’investir spécialement dans la recherche des cas des victimes.

Signalons que cette session de formation initiale des acteurs de première ligne sur la traite des personnes en RDC, va se dérouler pendant trois jours. l’Agence pour la Prévention et la Lutte contre la Traite des Personnes (APLTP), émane du cabinet du chef de l’Etat congolais. Elle avait été créée en par l’ordonnance 19-027 du 22 Avril 2019 en vue de promouvoir les droits humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *