RDC/Goma : Un mouvement citoyen propose la voie du dialogue pour pallier aux cas de deguerpissement de la population

Par David MAHAMBA

Dans le but de lutter contre le déguerpissement illicite dont la population est souvent victime en ville de Goma, les membres du mouvement citoyen ‘’ Congo Conscience ‘’ suggèrent une collaboration étroite entre les services de l’Etat et la population. Ce point de vue est donné ce 5 mars 2021 dans un point de presse tenu à Goma au Nord-Kivu.

Ce mouvement citoyen qualifie d’un système de guerre économique, les déguisements qui se produisent dans la ville de Goma, en violation grave des droits de l’homme. Le dernier cas date du mois de Février dernier où environ 200 familles ont été déguerpies de leurs maisons sur avenue Polyclinique III, quartier Kyeshero dans la commune de Goma. Ces familles des victimes passent nuits à la belle étoile.

Cet espace d’environ 200 mètres sur 150 réclamé par un certain MALIRO BORA Oswald est sous contrôle des éléments de la police nationale congolaise, empêchant ainsi les membres de ces familles, l’accès à leurs maisons.

Cependant, le mouvement citoyen Congo Conscience qualifie cette décision des autorités, d’un déguerpissement illégal des parcelles de la population. Tout en condamnant ce système de spoliation accomplie sous la bénédiction de la justice, Congo Conscience propose la voie du dialogue pour faire preuve d’un état de droit.

« Nous demandons l’implication des autorités provinciales en l’occurrence Son Excellence Monsieur le Gouverneur, l’Honorable Président de l’Assemblée Provinciale et tous les élus de Goma. Nous proposons la voie du dialogue pour faire preuve de l’état de droit et en réinstallant les 200 familles du quartier Kyeshero, victimes de déguerpissement illégal dans leurs parcelles respectives » a dit Constantin Kanane Werabe, porte-parole national de Congo Conscience.

Rappelons que c’est depuis le 17 février courant que ces 200 familles ont été déguerpies de leurs maisons par les forces de sécurité sur ordre de la hiérarchie. Un forfait qui s’est soldé par des échauffourées entre la population et les éléments de la police. Ce qui avait occasionné la mort de deux policiers et une journaliste était atteinte par balle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *