RDC/Kikwit : le couvre-feu respecté, mais pilule amer pour certains

Par Makosi Lokwa Cyrille

Le couvre-feu décrété par le chef de l’Etat en vue de protéger les Congolais contre la deuxième vague de Covid-19 est respecté à 90 pour cent à Kikwit, ville économique de la province du Kwilu dans le Sud-Ouest du pays.

Mais, quelques personnes interrogées à ce sujet considèrent cette mesure du chef de l’Etat comme une pilule amer à avaler.

« Cette mesure asphyxie mes activités de vente des produits combustibles comme des poissons grillés, des viandes de porc, etc. Je vends très bien entre 18h00 et 00h30. Quelques fois il y a des voyageurs qui sont sauvés par mes services. Mes recettes sont réduites pendant cette période de couvre-feu », déclare Claude Mpunda, un des vendeurs au marché de la commune de Kazamba.

Selon lui, le président de la République devrait décréter ce couvre-feu de 23h00 jusqu’à 4h00 du matin.

Même son de cloche de la part d’un vendeur des boissons alcooliques et responsable d’un bistrot en ville basse. Il s’agit de Clément Soyo.

« Généralement à Kikwit beaucoup de gens n’ont pas l’habitude de boire la bière pendant la journée. Nous faisons des recettes pendant la nuit.Même pendant les fêtes de fin d’année ce sera une pilule amer à avaler », regrette-t-il.

De son côté, une vendeuse qui a requis l’anonymat regrette également cette mesure.

« Pourquoi de telles mesures ? Nos affaires sont abîmées », lâche-t-elle sans trop de commentaires.

Signalons que pour faire le suivi de cette mesure, la ville de Kikwit a déployé des policiers dans plusieurs coins de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *