RDC/Kinshasa: Marie-Yvette Tabou, ministre provinciale de la culture et Marie Ntumba Muabi DG a.i de la DGPEK signent un scandale !

Par oscar Lukusa

Certains agents et cadres de la direction générale de publicité extérieure de Kinshasa, DGPEK en sigle, seraient considérés comme moutons des panuches et victimes innocents dans une bataille de longue durée ayant opposé la directrice générale en suspension de la DGPEK Madame Régine Kingunzi et certaines personnalités dans les institutions provinciales de Kinshasa, le ministre provincial de la culture, Madame Yvette Tabou lui obligerait une gestion qui ne reflétait pas les réalités de son organe qu’elle dirigeait.Selon la communauté des jeunes leaders des mouvements citoyens CJL-MC, plus de trois commissions étaient envoyées pour auditer l’ex DG de la DGPEK, notamment les inspecteurs de l’inspection générale des finances, les agents de l’assemblée provinciale de Kinshasa et une autre commission en provenance du ministère de la culture sur recommandation de Madame Yvette Tabou, l’objectif était de trouver des traces de détournement comme soupçonnées par les détracteurs de Régine Kingunzi, a fait savoir le chargé de communication de cette structure de la société civile.Il renchérit pour dire encore, « comme c’était devenu de trop, à chaque enquête aucune mafia n’a été décelée,la DG s’est décidée de chasser la dernière équipe et celà lui a causé des ennuis jusqu’à provoquer sa suspension pour soit disant outrage », déclare-t-il.

Ne connaissant pas qu’il y aurait un plan machiavélique derrière sa suspension avec l’arrivée de l’actuelle DG de cette entreprise publique provinciale, quatre-vingt cinq (85) agents sur les cent quarante et cinq (145) que composent cette structure, se sont vus être envoyés en congé technique avec comme motif la troisième vague de covid-19.
Chose grave, les haut-cadres de la DGPEK forcément envoyés en congé technique ont été remplacés par leurs subalternes et les autres parmi les 85 agents ont été remplacés par des nouveaux recrus.Tout ce que Madame Marie Ntumba Muabi a relaté sur une radio de la place, n’est qu’échappatoire.

Dans un communiqué conjoint signé par trois grandes associations de la société civile à ce sujet, nous pouvons lire ce qui suit :
« Depuis quelques jours,la ville province de Kinshasa vit un tournant fort de son histoire, une forte marginalisation dans les entreprises publiques au niveau provincial.Cette pratique irrationnelle ternit l’image de la bonne gouvernance dans la ville province de Kinshasa. Jusqu’à quand la politique de la chasse aux sorcières perdura-t-elle dans la gestion de la respublica ? Pouvons-nous comprendre, peu importe les divergences politiques, pourquoi plus de quatre-vingts agents cadres de la direction générale de publicité extérieure de Kinshasa peuvent être envoyés en congé technique sans au préalable dresser en leur faveur un bilan de compétence et par surcroît le remettre en doute?Très écœurés de voir ces agents être remplacés à l’immédiat par les autres, alors que la directrice de cette régie venait à peine d’être suspendue pour des raisons d’outrages. Les mouvements citoyens, communauté des jeunes leaders (Cjl),Action Patriotique pour le Changement et l’association des jeunes forts et capables pour les développements, exigent à la directrice ai de les rétablir dans leur droit au plus vite possible et au gouverneur de la ville Gentiny Ngobila Mbaka de s’imprégner de cette affaire, au cas contraire, nous allons recourir aux actions de terrain », a-t-on lu.

(Dossier à suivre….)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *