RDC/ Kongo-Central : le gouverneur Atou Matubuana écrit à Daniel Aselo,VPM de l’intérieur sur le choix arbitraire porté sur la province du KONGO-CENTRAL pour les élections des gouverneurs

Par Obed BISIDI

C’est par le canal du collectif de ses avocats, que le gouverneur de la province du Kongo-Central a écrit au vice premier ministre, ministre de l’intérieur Daniel Aselo sur le choix qu’il a opéré de la province dont il a la charge de l’exécutif parmi les 14 provinces où doivent se dérouler les jours à venir les élections des gouverneurs.

Comme il a évoqué dans son adresse devant la presse le jeudi dernier 02 Septembre, faisant suite de la décision du gouvernement après études des dossiers, les élections des gouverneurs sont prévues pour 14 provinces où les crises sont persistantes et les gouvernements destitués par les assemblées provinciales. Parmi ces provinces, l’on a signalé, d’ailleurs dans le titre de son adresse, la province du Kongo-central y compris.

Informé de la situation, le gouverneur Atou Matubuana s’étonne de cette insertion de sa province dans cette liste car à voir les raisons évoquées par le VPM Daniel Aselo, sa province ne semble pas être concernée. Pour ce faire, le collectif de ses avocats ont saisi en son nom le ministre en charge de l’intérieur pour un recadrage et éclairage sur cette décision qu’ils jugent arbitraire et motivée des raisons politiques qui dérangent même l’état de droit prôné par le chef de l’État Félix Antoine TSHISEKEDI.

Pour raison de connaissance, les avocats d’Atou Matubuana, ont éclairé la lanterne du ministre Daniel Aselo sur des faits passés éventuels qui peuvent être la source de sa décision. De ces 4 faits précédants cités dans cette lettre dont les copies ont été réservés pour la présidence de la république et les instances judiciaires compétentes, ils ont signalé les faits déroulés sous l’ère Matusila à la tête de l’assemblée provinciale cherchant à destituer le gouverneur Atou Matubuana mais sans succès car ce fut de mauvaise procédure. Situation que même la cour constitutionnelle n’a fait que interprété la décision qui n’a pas dit que le gouverneur devait quitter son poste.

Outre cette situation, l’on retient l’usage de faux en écriture dans les procès verbaux qui signalaient la destitution d’Atou Matubuana comme gouverneur de la province du Kongo-central. Toutes ces situations furent donc éphémères pour inquiéter le pouvoir d’Atou Matubuana, et même de son vice, qui restent jusqu’à preuve du contraire reconnus comme légitime autorité de l’exécutif du Kongo-central.

Les avocats d’Atou Matubuana exhortent donc le VPM, ministre en charge de l’intérieur, s’ils ne s’agit que de ces faits relevés dans leur lettre qui le motive à pareille décision, de revenir sur celle-ci car la province du Kongo-central est loin d’être considérée parmi les provinces où l’autorité de l’exercice est rejetée par les députés provinciaux ni dérangée d’une autre façon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *