RDC/ Littérature: l’ouvrage « l’animal le plus dangereux» de Peniel Katombe enfin baptisé !

Par Tichick NGONGO

La bibliothèque de la délégation de Wallonie-Bruxelles à Kinshasa, a abrité ce samedi 04 décembre la cérémonie cruciale de baptême du livre « l’animal le plus dangereux » et autres nouvelles; dont Peniel Katombe en est le principal auteur.

Tout a démarré avec une recension calibrée de la part de monsieur Munkulu Di Deni, dans le but non seulement d’expliciter les côtés nébuleux de cette œuvre littéraire; mais également inciter beaucoup plus des légomanes à se procurer sans modération cette dernière.

En effet, l’ouvrage « l’animal le plus dangereux» est une confection et une combinaison des textes mélancoliquement en proses et teintés en poésie. Outre, cet ouvrage est un récit purement autobiographique de l’auteur, en immersion dans plusieurs domaines de la vie sociétale.

Partant des motivations qui lui ont poussé à matérialiser cette grandiose oeuvre de l’esprit, Péniel Katombe s’est montré un peu plus penchant sur les multiples péripéties qui entourent la planète terre.

« il faut dire que j’écris chaque nouvelle sans penser que je veux en faire un recueil… Moi j’écris parfois, c’est juste parce que j’en ai envie, je veux écrire quelque chose et la mettre sur papier et puis j’en laisse dans le tiroir… plus tard j’ai remarqué que j’avais comme ça plusieurs nouvelles en réserve et je me suis dit pourquoi je n’en ferai pas un recueil que j’offrirai à mes lecteurs. Dieu merci ça a rencontré le sentiment et les attentes de mon éditeur…», a-t-il dit en substance.

Brève historique

Peniel Katombe est un blogueur, philanthrope et écrivain congolais, qui compte à ce jour de son actif, 3 publications rocambolesques en littérature. Dans la rédaction de son oeuvre, « l’animal le plus dangereux», l’auteur a exploité différentes nouvelles, à savoir :

  • El dorado;
  • En attendant que Dieu agisse,
  • la lettre d’une mère à sa fille,
  • Pour un sourire,
  • Réminiscence et
  • Ça ne se compare pas.

Un bel ouvrage bombé, peint du noir remarquable, avec une image fascinante à la première couverture. Signalons par ailleurs que, l’auteur a fait usage d’une métaphore avec comme anecdote : « l’animal le plus dangereux», faisant allusion à l’être humain qui, selon lui, a une forte capacité de nuisance plus que tous les autres animaux de la surface de la terre que Dieu a créés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *