RDC/Lomami:chiffré à 65 milliards de FC, l’édit budgétaire promulgué ce vendredi par le gouverneur de Lomami

Par Johnny Kasongo Kasongo

Le gouverneur de la province de Lomami, Sylvain LUBAMBA MAYOMBO par le truchement de sa cellule de communication vient de promulguer ce vendredi 21 mai 2020 l’édit budgétaire rectificatif pour l’exercice 2020. L’édit précité prend le N°002/2021. Ce budget rectificatif de la province de Lomami pour l’exercice 2020 est promulgué comme adopté, voté et transmis à l’exécutif provincial par le président de l’assemblée provinciale dans sa lettre N°273/CAB.PRES/AP/LOM/2021 du 20 Mai 2021. Il est de l’ordre de CDF 65 282 455 562, 40(Francs congolais soixante-cinq milliard deux cent quatre vingt deux millions quatre cent cinquante-cinq mille cinq-cents septante sept). Par rapport aux prévisions du budget initial de l’ordre de 104 053 330 177,00 (Francs congolais cent quatre milliard cinquante trois millions trois cent trente mille cent septante sept), le taux de décroissement est de 37,26%.Ce budget connait un taux de décroissement estimé à 37,26% par rapport au budget initial.
Les recettes propres sont prévues à la hauteur de CDF 4 342 739 630,40(Francs congolais quatre milliard trois cent quarante deux millions sept cent trente neuf mille six cent trente, quarante deux millions sept cent trente neuf mille six cent trente, quarante centimes ; soit 6,65% du budget rectificatif. Les recettes à caractère national sont prévues à la hauteur de CDF 57 769 674 412,OO FC, le taux de décroissement est de 39,6%.Les recettes exceptionnelles sont constituées des emprunts, dons et legs sont estimées à CDF 3 170 041 520, 00 FC soit 4,93% du budget rectificatif.
En rappel, les députés provinciaux de Lomami avaient voté à l’unanimité mardi 18 mai 2021 dernier un nouveau budget rectificatif qui doit permettre de soutenir l’économie de la province. Dans l’exposé des motifs, l’assemblée plénière explique que dans cet édit, les recettes propres de la province ont été envisagées dans un contexte très particulier, caractérisé par les effets de la COVID-19 qui ont engendré la crise économique financière, laquelle crise a eu des conséquences néfastes sur le tissu économique tant national que provincial provoquant les faibles réalisations des recettes courantes dont la fermeture des buvettes, restaurants, faible circulation de la population, trafic irrégulier de la SNCC etc. Quelques mesures d’encadrement des recettes et dépenses sont constituées pour la maximisation des recettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *