RDC/Lomami:la poursuite du dossier/EPST à la cour d’appel,c’est pour ce vendredi 8 avril 2021 à Kabinda

Par Johnny Kasongo Kasongo

Ça sera la troisième audience consacrée à l’audition des témoins et certains renseignants sélectionnés ci et là dans le procès opposant le ministère public, les avocats de la République aux prévenus Kapenga Mbatshi (PROVED) et consorts. Trois infractions sont mises à leurs charges à savoir : le faux en écriture, l’extorsion et le détournement des deniers publics. Pour les prévenus, la responsabilité de ces infractions est soit partagée ou soit inexistante.

Pour la partie République représentée par le bâtonnier du barreau des avocats de Lomami,Maurice Kanyama Mudishi, il ne se prête d’aucun doute de l’existence de ces infractions à leurs charges, individuellement.En ce que certaines écoles déclarées viables et mécanisées sur rapport des prévenus envoyés au SECOPE national basé à Kinshasa ont soit 10 eleves pour un établissement, soit sans bâtiments des classes ou rien du tout ou encore elles n’existent que sur listing de paie mais non opérationnelles (donc fictive).
Pour cet avocat de la République qui s’est livré à la presse de Kabinda ce jeudi soir, cette situation a été démontrée noir sur blanc à la satisfaction de toute la population par le bâtonnier Kanyama. De même que les fonds du trésor public devant servir à financer les écoles viables dans le cadre de la gratuité de l’enseignement prônée par le chef de l’État, Félix Antoine TSHISEKEDI ont servi aux prévenus de s’acheter des châteaux à Kinshasa, Lubumbashi, Kikwit et Mbuji-Mayi ajoute Me KANYAMA MUDISHI.
A ce stade du procès et en attendant suite la population commence a être fixée sur l’une des raisons du sous développement de la province. Elle demande par ailleurs aux avocats de la République et au ministère public par le truchement du bâtonnier de creuser encore davantage pour que le droit soit bien dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *