RDC/Privés de leurs droits depuis la liquidation forcée de la BIAC,les agents sollicitent l’implication de Félix Tshisekedi

Par JM B

Dans une lettre datée 16 février 2021, et signée par Aristote Mambueni Ndangi et Serge Mulapu Uwamp, le collectif des agents de la Banque internationale pour l’Afrique au Congo –BIAC- ont sollicité l’implication personnelle du président de la République, Félix Tshisekedi, pour résoudre le litige qui les oppose à la direction générale de cette institution financière où ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes pendant les années de service.
Les agents signalent que 02 février 2002, la Banque Centrale du Congo avait décidé de mettre en liquidation forcée la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo. Depuis cette date, tout le personnel de la Banque s’est retrouvé purement et simplement sans ressources nécessaires pour vivre décemment. Ils n’ont jamais été désintéressés, ce, au mépris de toutes les dispositions légales et règlementaires. Aucun droit ne leur est reconnu, aucun salaire ne leur est versé depuis octobre 2020. Cette situation a eu comme conséquences malheureuses le décès de plusieurs agents, la dislocation des familles,la non-scolarisation des enfants, la suppression des soins médicaux… Pour eux, c’est la Banque Centrale du Congo qui a occasionné la situation qu’ils déplorent aujourd’hui, et qui n’est pas conforme à sa mission. Plus grave, les agents de cette ancienne banque ne s’expliquent pas la non-exécution de l’arrêt rendu le 03 novembre 2020 sous ROR 171 par le Conseil d’Etat portant suspension des décisions de mise en liquidation forcée.
L’implication du président de la République attendue
Dès lors, soucieux d’éviter la disparition programmée de leurs familles respectives, les agents de la BIAC sollicitent instamment l’implication du président de la République pour le dénouement et la satisfaction de leurs revendications. Celles-ci portent sur la notification à tous les agents de la résiliation du contrat de travail, et la délivrance du certificat de fin de service, conformément aux prescrits des articles 76 et 79 du Code du Travail; le paiement intégral de tous les arriérés de salaire présents sur leurs comptes salaires, le versement à tous les agents du salaire des mois d’octobre, novembre, et décembre 2020; le paiement du décompte final; le rapatriement vers leur lieu d’embauche de tous les agents en mutation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *