RDC/Université Pédagogique Nationale.Les secrétaires généraux doivent démissionner !

Par LA RÉSISTANCE


Dans notre édition, nous avons dénoncé le cas -ils sont d’ailleurs légion- de quelques professeurs et des assistants qui font passer d’un niveau à un autre, jusqu’à la licence, des étudiants médiocres. Pour ces enseignants inconscients, il est peut-ê tre question de les laisser passer pour enfin de compte, les retenir comme leurs assistants. La compétence et la valeur du diplôme importent donc très peu pour eux.
Cette situation qui se vit dans l’ensemble du secteur de l’Enseignement supérieur et universitaire, est due au mauvais choix des collaborateurs des recteurs des universités et directeurs généraux des instituts supérieurs. L’on n’a jamais pensé à mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Ces enseignants viennent généralement de la composante politique. Tel est notamment le cas de l’Université Pédagogique Nationale en sigle  » UPN « , où le secrétaire général académique et le secrétaire général administratif appartiennent au Front commun pour le Congo. Ils se montrent plus Kabilistes que jamais. Mais, le président sortant leur aurait-il demandé de ne faire que du mal ? La question se pose. Pourtant, les deux personnages se comportent comme des éléphants dans un champ de manioc, en emportant tout ce qui tomberait sous la main. Ils bloquent donc tout bon projet.
L’UPN vouée aux gémonies?
Ainsi, les administratifs, les assistants, les CT, les professeurs et autres vivotent. Ils ne savent que faire. Ceux qui se réclament des partis politiques membres du regroupement dont l’ancien président de la République est l’autorité morale, sont protégés et bien entretenus. Cette situation est à la base de la dégradation du niveau de l’enseignement dans cette université. Ce qui constitue un grave danger pour le pays. D’autant que l’avenir de l’enfant d’aujourd’hui dépend en majeure partie de la formation dont il bénéficie de la part des enseignants. En conséquence, comment peut-on vouloir une jeunesse comme l’avenir de la nation, dans la mesure où ceux qui vont dispenser demain des cours à nos enfants ne sont pas eux-mêmes bien formés.
Le souhait de tous est de voir le ministre en charge de l’ESU se pencher sur le cas de l’Université Pédagogique Nationale de l’UPN où un secrétaire général s’est serait donner de Kilos de saboter le Chef de l’Etat en négligeant de recevoir avec joie le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en charge de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et surtout par le soutien qu’il ne cesse de manifester auprès des assistants et chefs des travaux mal intentionnés. Le comportement de certains professeurs et autres assistants risque de causer un sérieux préjudice à la qualité de la formation dans cette université.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *