RDC:La députée Nelly Muinga face à la presse à l’occasion de la clôture de la célébration du mois de la femme

Par Oscar Lukusa

Face à la presse,la députée nationale a déclaré ceci : »La célébration de la journée internationale des droits de la femme n’est pas une notion nouvelle et/ou sporadique dont nous (la femme) devons avoir une intelligence circonstancielle de retenir l’essentiel. La célébration de cette journée internationale est un cycle normal du renouvellement de l’intelligence de la femme pour la prise de conscience de ce qu’elle est et peut faire pour la société au même degré que l’homme. C’est pourquoi on parle de la parité homme-femme. À mon humble avis, j’estime que la meilleure question serait de savoir : Après la célébration de la journée internationale des droits de la femme sous le thème du leadership féminin…, quelle est l’évolution de l’émancipation de la femme congolaise dans le processus de l’effectivité de la parité homme-femme ? Voilà ! À ce sujet, je vous aurais dit que la femme congolaise est suffisamment très émancipée pour atteindre cet idéal. C’est pourquoi, partout où je passe, j’invite sans cesse les femmes à la compétitivité. La compétitivité est et reste la seule règle d’or de la matérialité de la parité homme-femme ».

À la question de savoir pourquoi la femme réclame l’émancipation ? Comment et pourquoi?

Voici sans ambages la réponse de l’honorable : »On ne réclame pas un droit qui vous est déjà accordé et/ou reconnu. La femme congolaise est déjà émancipée.Sur le plan de droit, l’émancipation est la capacité reconnue à la femme de poser les actes juridiques valables. Et aujourd’hui, la femme congolaise est sur pied des dispositions de l’article 215 du code de la famille, capable. De quelle émancipation dont vous faites allusion cher journaliste ? La femme congolaise est déjà émancipée sur texte et, pour lier l’utile à l’agréable, nous y travaillons sur son mental. D’où, la compétitivité reste le maître mot ».

Mme Nelly a ajouté: »Cher journaliste, la femme n’est pas un thermomètre d’évaluation des grands ou petits postes dans le gouvernement prochain. Dans le gouvernement, il n’y a pas de grand ou petit poste. En droit administratif, la compétence est d’attribution. Ce qu’un ministre peut faire, l’autre ne peut pas le faire, sauf hypothèse d’intérim. Le souhait est tel que la femme soit suffisamment et valablement représentée. Aujourd’hui, il y a une femme au ministère des affaires étrangères et vous en avez les résultats ! La femme ne doit pas être confondue à un thermomètre unidirectionnel de petite température. Comme le président de la République tiens au respect de la représentativité de la femme, je crois que ça sera une représentation suffisante et valable. C’est tout ! ».

Elle lâche encore : »D’or et déjà, il faut rappeler que proposer et voter les lois font partie des attributions du rôle de tout député (homme ou femme). Je ne suis pas qu’une députée nationale de femmes pour ne penser qu’aux propositions de lois qui ne puissent intéresser que les femmes. Je pense au renforcement de la protection du ménage. D’où, la nécessité de retoucher le code de la famille. Et là, mon cabinet y travaille d’arrache-pied ».

À la question de savoir pourquoi les femmes ne n’intéressent pas à la politique

La réponse de l’honorable n’a pas tardé : »Je ne pouvais que les encourager. C’est un grand besoin en RDC que les femmes s’intéressent à la politique. La parité homme-femme est aussi recherchée dans cette catégorie. Il faut qu’on atteigne aussi cette parité sur le plan numérique afin d’influencer davantage et positivement nos partis et regroupements politiques dans la présentation de listes pour promotion. Toutefois, je recommande en même temps à mes jeunes sœurs à s’instruire suffisamment pour développer un caractère de responsabilité. La politique est une sphère qui nécessite d’avoir un bon prérequis afin de ne pas tomber dans les erreurs aussi trop légères et surtout fatales. La politique s’apparentant à un monde des dinosaures très subtils, une bonne préparation mentale aux femmes aspirant à la politique s’impose pour ce faire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *