RDC/Affaire Congo Holdup : Joseph Kabila brise le silence

Par Pius Romain Rolland

Plus de 18 années de gestion du pays, Joseph Kabila a été la marchandise politique de ses détracteurs et opposants. L’ancien Chef de l’Etat a permis à plus d’un de devenir Ministre, sénateur, député National et/ou provincial sur base de mensonges. Jamais il n’a dit mot. Son silence a laissé beaucoup d’hommes perplexes. Ne dit-on pas :  » Aux âmes bien nées, la valeur n’atteint pas le nombre d’années« .

Du moins, dans l’affaire Congo Holdup, pendant trois semaines, il a fait face à un gros mensonge cousu au fil noir par un consortium des médias mené par Sonia Rolley, journaliste de la RFI. Cette dernière a utilisé les ondes de cette chaîne à raconter les mensonges qu’elle doit devoir justifier devant les cours et tribunaux.

Pour une fois, les congolais dans son ensemble n’ont pas cru à ces mensonges, si seulement si quelques haineux qui auraient récupéré ces balivernes pour chercher à le nuire.

Sinon, c’est un coup d’épée dans l’eau.

Si Joseph Kabila Kabange se reprochait de sa gestion, comme certaines langues malveillantes font croire qu’elle a été calamiteuse, l’ancien Président de la République aurait pris le chemin de l’exil comme certains de ses prédécesseurs et homologues africains.

En patriote, il reproche de rien. Voilà pourquoi, il vit paisiblement dans son pays, où la terre arable lui ait favorable.

Dans l’affaire Congo Holdup, Joseph Kabila pour laver son honneur, sa dignité, son intégrité, il vient d’ordonner à ses avocats conseil de briser la glace.

C’est ce qu’a révélé le professeur Raphaël NYABIRUNGU Mwene Songa, au nom du collectif des avocats du président honoraire de la République Démocratique du Congo, notamment Maîtres Vital Lwanga et Maître Aubin Mabanza.

C’est au cours d’un point de presse de ce jeudi 23 décembre 2021, au Fleuve Congo Hôtel que ce collectif a fait savoir l’intention de Joseph Kabila Kabange face à cette machination qui n’avait pour motif ternir son image. Raison principale de cet acharnement sans cause, révèle Maître Nyabirungu : le Code minier; l’organisation des élections sur fonds propres, la promulgation des lois contre les violences faites aux femmes etc.

Après un acharnement médiatique hors-pair pendant plus de 3 semaines, 24 médias internationaux et des ONG des droits de l’homme ont vendu aux enchères la dignité d’une personnalité qui a sérieusement contribué à la refondation de l’Etat congolais.

Est-ce une manière de se venger contre celui qui a permis à son pays d’affirmer sa souveraineté dans le concert des nations ? S’interroge le commun de mortels.

Dans un exposé de près de 30 minutes, le professeur Raphaël NYABIRUNGU n’est pas allé par le dos de la cuillère. Il a dressé une liste impressionnante de plusieurs fausses accusations montées par des enquêteurs qui avaient visiblement une mission à accomplir. Mais c’est sans compter sur la lucidité du peuple congolais qui leur a réservé une fin de non-recevoir impressionnante.

La position du collectif

Ayant pris connaissance des extraits du rapport tels que publiés, et devant des preuves évidentes des contre vérités, des dénonciations calomnieuses et de diffamations attentatoires à l’honneur et à la réputation du Président de la République Honoraire, par ailleurs de nature à l’exposer au mépris public, le collectif des avocats a examiné toutes les possibilités de porter cette affaire devant les cours et tribunaux, a fait savoir Maître Raphaël NYABIRUNGU.

Bien sûr, il y a lieu de s’interroger, en quoi la gestion interne d’une banque privée, les actes posés par des autorités de régulation et de l’administration fiscale, par ailleurs relevées par des auditeurs indépendants et par l’inspection Générale des Finances, doivent être imputés à Joseph Kabila ?

Cependant, l’acharnement sur l’ancien Chef de l’Etat, de la part des médias impérialistes politiquement orientés et instrumentalisés, appelle une réponse énergétique et appropriée par toutes voies de droit, insiste Maître Raphaël NYABIRUNGU.

C’est pourquoi, suite à la violation grave et intentionnelle de droits fondamentaux de Joseph Kabila en tant que citoyen, à travers ses avocats conseil se réserve le droit de saisir incessamment les instances judiciaires compétentes de la République Démocratique du Congo qu’à l’étranger pour que justice soit faite, a-t-il conclu.

Désormais, tout celui qui a pris le loisir de distiller des mensonges contre Joseph Kabila. L’ancien Président de la République vient de briser le silence.

Je vous aurais prévenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *