RDC/ EPST: fausse fumée blanche des assises de Mbwela Lodge

Par Obed BISIDI

Le banc syndical en négociation avec la délégation du gouvernement par la représentation des trois ministères dont l’enseignement primaire, secondaire et technique est au premier plan, a fait entendre un compromis sorti de ces assises tenues à Mbwela lodge à Kisantu dans la province du Kongo-central et la grève décrétée est levée.

L’attente d’une fumée blanche est ce que toutes les deux parties, le gouvernement de la république et le camp des enseignants, veulent au sortir de ces assises.
On croirait cependant à une déclaration prématurée de la part du banc syndical participant à ces négociations de Mbwela lodge. Sans énumérer les clauses retenues pendant les assises, le banc syndical a déclaré le vendredi dernier la levée de la grève et la reprise effective de classe dès ce lundi 01 novembre.

Cette déclaration de levée de la grève n’a pas croisé l’attente de tous les enseignants. Méfiants d’être dupés de nouveau comme ce fut le cas lors de la promesse des paliers et paie des nouvelles unités et non payés autres fois, certains enseignants déclarent ne pas connaître les résolutions concrètes retenues pendant les assises et sa mise en pratique dans l’immédiat.
Au-delà de tout, le syndicat des écoles conventionnées catholiques (SYNECATH) par le biais de son président Jean Bosco PUNA a nié cette déclaration d’accord entre le gouvernement et les syndicats car pour lui, une décision de levée de grève ne peut être prononcée qu’après assemblée générale des syndicats qui doivent apprécier les propositions faites.

La suite de l’affaire frise un débauchage moral de certains syndicats par le gouvernement congolais pendant le déroulement des assises de Mbwela lodge, qui peuvent alors faire passer la satisfaction trouvée dans ce cadre au-delà du combat pour lequel ils sont sur la table de négociation avec l’État pour le salut de tous les professionnels de la craie. Cette situation se lit dans l’opposition qui s’est faite entre les dires de Bosco PUNA et le secrétariat du SYNECATH participants aux assises banc syndical-gouvernement qui a contredit la logique prônée par leur président.

Par ailleurs, certains enseignants déclarent ne rien reconnaître de bon de ces assises et que jusqu’aux preuves du contraire ils maintiennent la grève et pour ce lundi 01 novembre, une grève toute sèche. Le cas probant est celui des enseignants du Nord-Kivu qui ont fait une déclaration sujet d’une libération après leur réunion d’évaluation de la situation.

Du côté du gouvernement, le ministre de l’Epst appelle les syndicalistes au calme à la reprise des négociations afin d’aboutir à des résolutions qui vont satisfaire le désidératas des enseignants et ainsi permettre une bonne poursuite de l’année scolaire qui jusqu’à ce jour marche avec des béquilles.

Il sied de préciser les enseignants réclament l’amélioration de l’enveloppe salariale par le gouvernement congolais après suppression de la motivation des parents d’élèves et la paie des enseignants nouvelles unités et non payés qui ne savent comment joindre les deux bouts sans salaire depuis la mise en pratique de la gratuité de l’enseignement déclaré par le chef de l’État conformément à l’article 43 de la constitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *