RDC/Ituri:JED exprime sa profonde consternation après l’assassinat d’un journaliste

Par David Mahamba

Journaliste en danger (JED) a appris avec effroi la mort d’un journaliste, le samedi 14 août 2021 vers 1h 30’, par poignarde à Kenya – Bucha, une localité du territoire de Mambasa, dans la province de l’Ituri (Nord- Est de la RD Congo).

Selon les informations recueillies auprès des diverses sources indépendantes locales, Joel Mumbere Musavuli, directeur de la Radio Communautaire Babombi, émettant Biakato, chefferie de Babombi, territoire de Mambasa, dans la province de l’Ituri, ainsi que son épouse ont été attaqués à l’arme blanche par un groupe d’hommes non autrement identifiés. Le journaliste a succombé de ses blessures tandis que sa femme est grièvement blessée et admise aux soins.

Le journaliste a animé, le 26 juillet 2021, une émission intitulée « Raïya fungula matsho » (Population ouvre tes yeux), au cours de laquelle il a dénoncé plusieurs cas des violations des droits de l’homme commis par des éléments de l’armée loyaliste ainsi que par les groupes armés en cette période de l’état de siège, décrété par le Président de la République pour instaurer la paix notamment dans la province de l’Ituri.

Deux jours après la diffusion de cette amission au cours de laquelle intervenait par téléphone un membre de la société civile locale, Joel Mumbere a reçu une série de menaces de mort et d’arrestation proférées aussi bien par des personnes se réclamant de l’armée régulière et des groupes armés.
En compagnie de sa femme, le journaliste s’était rendu dans la localité de Kenya-Bucha dans le cadre de leur activité agricole. Le 10 août 2021, des éléments des Forces Armées de la RD Congo ont fait une perquisition dans toutes les maisons de la localité. A l’issue de cette opération, des militaires auraient emporté les biens matériels de la population locale et procédé à l’arrestation de plusieurs personnes dont le journaliste Joel Mumbere, soupçonnées d’être en connivence avec les groupes armés.

Arrêté, le journaliste ainsi que toutes les autres personnes ont été conduits et détenus dans les installations de la police nationale congolaise de Luemba, une localité située à 2 Km de Kenya-Bucha. Joel Mumbere a été libéré le lendemain après que la police ait découvert sa carte de presse.

Le samedi 14 août 2021 vers 1h 30’, le domicile du journaliste a été attaqué par un groupe de personnes munies des machettes et des couteaux. Après avoir cassé la porte, ces assaillants ont tué le journaliste en le poignardant au cou. Sa femme a été blessée à la machette et conduite dans un centre hospitalier où son état de santé serait critique.
Constaté par JED, le général Ngoy Sengelwa, commissaire provincial de la police nationale congolaise / Ituri a confirmé l’assassinat du journaliste. « Ce sont les mai mai qui ont tué le journaliste. Les investigations sont en en cours. C’est demain que nous aurons des détails ».
Journaliste en danger (JED) rappelle qu’un groupe de trois personnes en tenues civiles et munies d’armes à feu avaient promis, le 10 févier 2020, à la sœur de Joel Mumbere de tout mettre en œuvre pour ôter la vie au journaliste.
Joël Mumbere était parmi les journalistes de la Radio Communautaire Lwemba qui vivaient en clandestinité au lendemain de l’assassinat de leur confrère Papy Mahamba. Le journaliste ainsi que ses collègues recevaient une série de menaces de mort pour avoir animé des émissions de sensibilisation sur l’éradication de la maladie à virus Ebola dans la province de l’Ituri.

Journaliste en danger (JED) condamne avec la dernière énergie cette nouvelle tragédie dans le rang des journalistes dans la province de l’Ituri, considérée parmi les mieux sécurisé depuis l’instauration de l’état de siège par le Président de la République.
JED exige une enquête sérieuse et indépendante pour élucider ce meurtre.
Ce crime lâche ne doit pas rester impuni pour endiguer les violences physiques croissantes à l’égard des journalistes.

Pour ce faire, JED demande instamment au Gouverneur militaire de la province de l’Ituri à prendre des mesures concrètes pour la protection des journalistes en cette période de l’état de siège.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *