RDC :Les ministres de la santé et de la communication ont planché sur la situation de la 3è vague du Covid-19 en RDC

Par JMB

Dans le souci de permettre à la population de bien suivre les actions du gouvernement dans tous les domaines pour mieux l’accompagner, Patrick Muyaya, ministre en charge de la communication et médias et porte-parole du gouvernement, a inauguré le jeudi 15 juillet, une série de conférences de presse qui seront animées par les membres de l’Exécutif national. Le premier à se plier à cet exercice a été le ministre de la santé, prévention et hygiène, le docteur Jean-Jacques Mbungani.

Prenant la parole à cette occasion, le ministre de la santé a fait le briefing de la situation sanitaire en RDC depuis l’apparition de la troisième vague du coronavirus dont 74% des cas sont causés par le variant Delta venu de l’Inde. A ce sujet, il a indiqué que depuis le démarrage de l’opération de vaccination jusqu’au 12 juillet 2021, 25% de personnes  ont déjà été vaccinées avec le vaccin AstraZeneca sur l’ensemble du territoire national.

Pour lui, ce sont les mesures prises dernièrement qui ont permis d’éradiquer la pandémie du Covid-19 en RDC et ont fait baisser le nombre de cas. C’est dire, a-t-il martelé, que le gouvernement a la volonté de lutter contre la pandémie du coronavirus. Une question traitée avec beaucoup d’attention au même titre que la situation sécuritaire, a fait savoir Patrick Muyaya, ministre de la communication et médias. A Kinshasa, des sites sont installés à l’Est tout comme à l’Ouest de la capitale. Au total 344 sites sont fonctionnels sur les 498 prévus.

Demeurer vigilant à tout moment

Pour ce qui est du doute exprimé par le chef de l’Etat sur l’efficacité du vaccin AstraZeneca, le ministre de la santé a fait savoir que la lutte contre le Covid-19 est menée sous l’autorité du président de la République. Mais, pour le moment, plusieurs doses d’AstraZeneca ont connu leur date de péremption. «Mais, grâce à la facilité  Covax, nous aurons 50.000 doses d’AstraZeneca dans quatre semaines et 250.000 doses de vaccin Pfizer à la même date. Et pour la deuxième semaine du mois d’août, 4,600 millions de doses de Pfizer, mais ça sera pour le mois de septembre. Dans le cadre des accords bilatéraux avec la Chine, nous attendons 200.000 doses de vaccin chinois Sinovac, et dans le cadre de l’Union africaine, nous attendons des doses de Johnson&Johnson à hauteur de 26 millions de doses. Les négociations sont encore en cours. Ces dernières vont arriver en deux étapes, la première composée de 10 millions de doses et la seconde de 16 millions», a dit le ministre de la santé.

Quoi qu’il en soit, a-t-il soutenu, au regard de l’ampleur de la pandémie, tous les pays au monde agissent présentement contre tous les variants. A cet effet, il a encouragé la population à se faire volontairement vacciner et à observer des mesures sanitaires édictées par le gouvernement, notamment l’observance et le respect strict des gestes barrières, le port obligatoire des masques, le lavage régulier des mains, etc. Car, à son avis, la prise de deux ou trois vaccins est une solution à ces variants. Il a rappelé que l’acceptation de la vaccination par la population demeure le plus grand défi pour maîtriser la 3ème vague du Covid-19 en RDC.  Il a, dans la foulée, exhorté la population à demeurer vigilante à tout moment, et à éviter toute distraction.

Répondant à une question sur le comportement de la population sur les lieux mortuaires, le ministre de la santé a reconnu que des difficultés psychologiques existent au sein des couches sociales pour se plier aux mesures sanitaires. Pour remédier à cet état de choses, il a encouragé les autorités urbaines de la ville de Kinshasa à prêter main forte au gouvernement en faisant appliquer correctement les mesures barrières notamment dans les morgues et les cimetières de la capitale. Par ailleurs, pour limiter autant que possible l’ampleur de la troisième vague du Covid-19 en RDC, le docteur Mbungani a révélé que le gouvernement congolais a interdit tout vol en provenance de l’Inde.

Le personnel de riposte touchera ses arriérés de salaire

Concernant les plaintes exprimées par le personnel de riposte du Covid-19, le docteur Jean-Jacques Mbungani a affirmé que le gouvernement va débloquer 10 millions de dollars pour payer les salaires et primes ainsi que les arriérés de plus de sept mois. Il a également indiqué des dispositions sont prises en vue de rencontrer les préoccupations exprimées par les médecins qui, on le sait,  avaient déclenché une grève dans les hôpitaux.

Pour terminer, le Dr Jean-Jacques Mbungani a réitéré la détermination du gouvernement de la République à mettre tout en œuvre pour faire sortir la RDC de la zone rouge dans laquelle elle est placée par la France, en diminuant autant que faire se peut, le taux de propagation de la troisième vague du Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *