RDC/ONIP:Invité par la chaine de radio Top Congo.Le DG Richard Ilunga Ntumba a levé toute équivoque relative à l’identification de la population et les élections

Par Pauline Bukasa Kabongo

L’on se rappelle qu’au terme de leur dernière réunion tenue à Kinshasa, les prélats catholiques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo –CENCO- ont recommandé au Premier ministre Sama Lukonde de tout mettre en œuvre pour organiser des élections crédibles, transparentes et apaisées en 2023, pas plus tard.
Cette question a suscité des remous dans les milieux politiques et sociaux. Certains ont estimé que les évêques catholiques ont bien fait de soulever ce problème dès à présent pour éviter tout report des échéances électorales. Pour d’autres, cependant, les élections ne pourraient se tenir qu’au terme de l’opération d’identification de la population.
Le recensement général peut se faire en 2 ans
Invité par la chaine de radio Top Congo fm dans la journée de jeudi 11 mars 2021, Richard Ilunga Ntumba, Directeur général de l’Office national de l’identification de la population –ONIP-, s’est voulu très clair sur cette question qui soulève tant de passions dans les partis politiques et les organisations de la société civile. S’exprimant sur le lien que certaines personnes font entre recensement et élections, il a précisé, d’entrée de jeu, que «l’ONIP n’est pas une structure politique, l’importance de l’identification va au-delà même des élections», a-t-il fait savoir. Selon lui «l’opération d’identification ne cache aucune volonté malveillante de postposer les échéances électorales». Et d’ajouter que «l’ONIP n’est pas une structure qui doit fonctionner aux rythmes des suspicions des politiciens, les uns envers les autres. « Même si le temps ne joue pas avec nous, le chronogramme contenu dans notre plan opérationnel démontre clairement, à ce jour, que la CENI peut compter sur l’ONIP pour lui donner un fichier électoral à temps, donc avant janvier 2023; ce qui signifie que les élections ne pourraient pas être retardées par l’identification mais plutôt elles en seraient crédibilisées », a soutenu Richard Ilunga.
Le Directeur général de l’ONIP a laissé entendre qu’ « Il faut 350 millions de dollars US pour un recensement général en RDC. Si nous commençons maintenant, au plus tard en décembre 2022, nous avons le fichier intégral et général de la population. En gros, c’est 2 ans. Il ne faut pas associer l’ONIP aux élections. », a-t-il martelé.
Le numéro un de l’ONIP a indiqué qu’il compte sur le soutien de toutes les institutions pour mener cette mission à bien. Il a pris l’engagement au nom de l’établissement public qu’il dirige, de tout faire pour permettre aux Congolais de répondre à des questions simples qui se soldent par des estimations : combien sommes-nous au Congo? Combien de Congolais vivent à l’étranger? En plus, nous devons avoir une carte d’identité comme citoyens Congolais », a-t-il déclaré.
Espérons qu’avec toutes ces précisions, le gouvernement fera tout pour mettre ce montant à la disposition de l’ONIP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *