RDC/OVD:En prenant à cœur la réalisation du Projet Tshilejelu.Le DG Victor Tumba décidé à matérialiser la vision de Félix Tshisekedi

Tiré de LA RÉSISTANCE

Dans quelques jours, l’on assistera au lancement du projet Tshilejelu élaboré pour moderniser et améliorer des infrastructures routières du pays. Sa mission consistera à réhabiliter plus de 140 km de routes à travers six provinces réparties comme suit : 40 km pour la ville de Kinshasa; 35 km pour la ville de Kananga; 25 km pour Mbuji-Mayi ; 15 km pour Tshikapa, 10 km pour le Sankuru, 15 km pour Lomami et 5 km pour Mwene Ditu.
Ces travaux qui dureront 28 mois pour la ville de Kinshasa et 36 mois pour l’espace Kasai, concernent les infrastructures routières en vue de permettre la mobilité des personnes et de leurs biens à travers notre pays.
Bien avant le lancement de ces travaux, Victor Tumba, Directeur général de l’Office des voiries et drainage –OVD-, s’était déplacé l’an passé dans l’espace Grand Kasaï pour inspecter les travaux d’entretien routier exécutés en régie par l’OVD avec le financement du Fonds national d’entretien routier. Victor Tumba avait par la suite procédé à l’examen des axes inscrits aux projets Tshilejelu, Programme de développement des infrastructures routières à travers le pays initié par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi.
Le DG Tumba indique que ce projet débutera par le Grand Kasaï et s’étendra vers d’autres provinces. Avec les bénéficiaires dudit projet que sont les autorités administratives, les notables et la population de l’espace Grand Kasaï, le DG Victor Tumba avait vanté les bienfaits du Programme Tshilejelu, tout en insistant sur sur l’importance des routes en tant que facteur de développement. Dans la mesure où elles favorisent la création des emplois, l’accroissement des échanges commerciaux entre agglomérations, la facilitation de la circulation des biens, des personnes ainsi que des investissements.
Pour le DG Victor Tumba,  » la route a un impact considérable sur le développement économique et social étant donné qu’en reliant les différents centres de production et de consommation du pays, l’offre rencontre la demande sur le marché et on aboutit à la croissance économique par l’accroissement des échanges commerciaux et les investissements qui en découlent, ce qui en définitive augmente la production et réduit la pauvreté. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *