RDC/Un complot ourdi contre l’ONIP, Kankonde et Migisha accusés de l’avoir dédoublé !

Par SNN

L’avènement d’un nouveau gouvernement en RDC pourrait-il sauver l’Office National d’Identification de la Population (ONIP) ? La question mérité d’être posée car manifestement la tutelle sortant avait décidé de dédoubler et sacrifier l’ONIP sur l’autel des intérêts obscurs. On en veut pour preuve le fait qu’elle avait décidé de vider l’ONIP de toute sa substance en confiant pratiquement toutes les missions de l’ONIP au SNID.

Selon un document qui nous est parvenu et intitulé « Modalités du Comité de Pilotage », on responsabilise le SNID pour faire l’identification sur le terrain et aussi de constituer le fichier général de la population pourtant deux des missions attribuées à l’ONIP au terme du décret 048/11 du 3 décembre 2011. De même, ce document reconnaît au SNID la capacité de délivrer une carte d’identité nationale. Un complot !

Le Vice-premier ministre serait-il ignorant de ces dispositifs ? Loin s’en faut. Alors, pourquoi s’entêtait-il dans cette voie de perdition ? Le VPM sortant Kankonde et le conseiller en charge du numérique Migisha seraient cités dans ce coup contre l’ONIP pour se faire une santé financière de fer. Selon les informations à notre possession ce dédoublement maffieux serait la cause de la colère du chef de l’Etat contre Kankonde et  Migisha. C’est qui aurait causé son limogeage du gouvernement. Selon toujours cette même source, le conseiller Migisha  n’échapperait pas à la colère de Felix Tshisekedi qui tiendrait coute que coute à le limoger de son cabinet.

Il semble que, depuis que l’ONIP a annoncé son plan opérationnel de 350 millions de dollars américains, certaines personnes ne dorment plus. Beaucoup de vautours se sont réveillés et multiplient des stratagèmes pour savoir comment fondre sur la proie et la dépecer. Le SNID, créé originellement avec comme mission d’imaginer des procédés qui devaient en fin de compte permettre à l’ONIP de mener à bon port les opérations d’identification et de délivrance de la carte d’identité national, s’est mué petit à petit en une structure qui devait réaliser, en lieu et place de l’ONIP, un certain nombre de tâches sur le terrain.

Ce qui étonne face à cette situation, c’est apparemment l’indifférence du VPM Kankonde qui est la tutelle de l’ONIP et qui normalement devait se battre pour protéger un établissement public sous sa tutelle.

L’avènement d’un nouvel exécutif serait-il la planche de salut l’ONIP qui emblait vouer à une mort lente et certaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *