RDC/ Le Dr Télé Bantapi affirme que Matata Ponyo se trompe d’époque

Par Pauline Bukasa

Depuis la dissolution de la coalition qui liait la famille politique de l’ancien président et celle de l’actuel chef de l’Etat, nombre de caciques du régime sortant paraissent comme perdus dans la nature, ne sachant décidément plus que faire. En conséquence, à l’heure où plusieurs d’entre eux ont pris la mesure des enjeux de l’heure en adhérant sans contrainte aucune à l’Union sacrée de la nation, d’autres continuent à s’enfoncer dans les erreurs d’appréciation de la situation qui prévaut présentement dans le paysage politique de notre pays.
Parmi ces caciques du régime sortant, l’on peut citer l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo. Depuis le lancement, par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, de l’Union sacrée de la nation, ce dernier a publié une tribune dans laquelle il s’est interrogé pour savoir si «ce qui se trame autour de l’Union sacrée de la nation ne serait pas le FCC bis ». Car, dit-il, ce sont les mêmes acteurs venant du Front Commun pour le Congo –FCC- qui traversent le camp du nouveau président de la République, dans le souci de se doter d’une nouvelle majorité parlementaire. Il affirme que l’Union Sacrée de la Nation est toujours dans les traces du FCC qui n’avait, lors de sa création, ni âme ni esprit, parce qu’il réunissait les différentes idéologies en son sein. Il doute par conséquent que le nouveau regroupement politique soit la solution et le salut du peuple car, à son avis, il s’agit d’un regroupement avec des objectifs contradictoires, ce qui sera très difficile pour ce dernier de tracer un plan et d’élaborer des méthodes et techniques pour atteindre ses objectifs.
L’Union Sacrée sera un succès
cette manière d’apprécier le nouveau paysage politique qui se dessine peu à peu sous nos yeux, n’est pas du goût de ceux qui croient fermement en la réussite du leadership du chef de l’Etat. Le docteur Télé Bantapi est de ceux qui soutiennent que «par le leadership du président de la République, l’Union sacrée sera un succès, une réussite».
Directeur de cabinet adjoint du ministre de la santé et secrétaire national adjoint de l’UDPS, le docteur Télé Bantapi pense que l’avis émis par Matata Ponyo, proche collaborateur de Joseph Kabila, sur l’Union sacrée vise tout simplement à démobiliser les troupes en ce moment où toutes les batteries sont mises en place pour la constitution du groupe qui travaillera en vue de la réussite de la vision du cinquième président élu de la République démocratique du Congo.
Pour lui, Augustin Matata Ponyo se trompe d’époque. Le leadership actuel et celui du temps de Kabila est tout à fait différent, et donc impossible de faire croire à l’opinion publique que l’Union sacrée peut se constituer en FCC bis, soutien Tele Bantapi. «Aujourd’hui, dit-il, la République démocratique du Congo a une chance parce qu’elle a d’abord au sommet de l’État quelqu’un qui a la volonté de faire avancer le Congo. L’époque dont nous parle Matata Ponyo est celle où nous avons connu dans ce pays ce que l’on appelait concertation nationale, gouvernement d’union nationale. En réalité, poursuit-il, le chef de l’État de l’époque n’avait pas du tout la volonté de faire avancer les choses. Tout cela était fait pour l’habillage. Ce qui n’est pas le cas avec l’actuel président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo. Nous sommes convaincus que par son leadership, ce sera un succès, une réussite », martèle-t-il.
Pour y arriver, il exhorte la population congolaise à continuer à soutenir le chef de l’État dans sa vision pour arriver à amener un grand Congo au sommet comme cela est inscrit dans notre hymne national. Il lance également un appel aux acteurs politiques, toutes tendances confondues, à privilégier l’intérêt supérieur de la nation qui s’appelle le peuple d’abord. Car, soutient-il, l’appel du chef de l’État à l’Union sacrée a montré comment les politiques ont besoin d’avancer. Pour cette raison, il les invite à s’inscrire dans la vision du chef de l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *