RDC/Lualaba : Justin Bitakwira prend position pour Fifi Masuka.

Par Souza NN

L’ancien ministre en charge du développement rural, a officiellement
pris position contre les antivaleurs ayant dominé l’ancienne
législature. Il a opté pour l’Union sacrée de la nation en se rangeant
fermement derrière le chef de l’Etat Félix Tshisekedi. C’est ainsi que
dans le conflit qui oppose depuis des semaines la vice-gouverneure et
le gouverneur de la province du Lualaba, il estime que la première
citée a totalement raison de se plaindre publiquement.
Justin Bitakwira est convaincue, à la suite des révélations
accablantes faites par Fifi Masuka, vice-gouverneure, que la province
du Lualaba n’est pas du tout bien administrée par l’actuel gouverneur
Richard Muyej. En effet, il dit avoir pris connaissance des documents
que la première citée a transmis à l’Assemblée nationale pour lui
permettre de mettre en place une commission chargée de traiter ce
dossier. vice gouverneur du Lualaba accuse son chef Richard Muyej
Mangez Mans, de mauvaise gestion des Finances publiques de la
province.
Il soutient la démarche de la vice-gouverneure auprès des élus
provinciaux selon laquelle le gouverneur Richard Muyej entretient
l’existence de plusieurs comptes bancaires fictifs dans l’actif de la
province. A cela s’ajoute le fait que les taxes et impôts de la
Direction des Recettes du Lualaba (DRLU) sont gérés en toute « opacité
et de manière léonine, comme sa propre et exclusive poche. » « La
province a plus de 20 comptes bancaires aux travers desquels elle
reçoit de différentes taxes et redevances et je n’ai aucune emprise
sur ces comptes, ni signature, ni connaissance des transactions ou des
relevés« , a écrit aux députés la vice gouverneur.
Et d’ajouter, « Le seul et unique compte sur lequel j’ai une
connaissance des transactions et extraits, c’est celui dont nous avons
la cogéstion et c’est ce dernier qui assure exclusivement la
construction de la provice.
Fifi Masuka Saïni, révèle que la province est endettée au-delà même de
sa capacité financière. « Je me suis renseignée et découvert que le
Gouvernorat a déjà fait entrer la province dans des dettes allant
jusqu’à l’ordre de 40.000.000 USD », fustige cette autorité
provinciale.
Pour le ministre sortant en charge du développement rural, Fifi Masuka
a raison de porter cette affaire sur la place publique dans la mesure
où ses attributions ne sont pas du tout prises en compte par le chef
de l’exécutif provincial, que des tracasseries morales lui sont
infligées sans raison alors qu’elle a été élue au même titre que le
gouverneur, et qu’elle devrait travailler en toute sérénité pour le
développement de cette nouvelle entité politico-administrative.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *