RDC/ Primature : le premier ministre instruit ses travailleurs au respect strict du code de la route

Par Obed BISIDI

La décision fait suite d’une résolution prise par le chef de l’État Félix TSHISEKEDI lors du conseil des ministres, l’interdiction à tous les travailleurs de la primature partant du directeur de cabinet, du secrétariat général, des conseillers principaux, des conseillers et personnel d’appoint au cabinet du premier ministre, et personnel du secrétariat général et les services attachés à la primature de briguer les codes de la route lors de la circulation.

Dans cette note de service n°CAB/PM/DIRCAB/PGN/2021/004 le premier ministre Jean Michel SAMA LUKONDE instruit à tous ses collaborateurs le respect et la stricte observance du code de la route.
On peut lire dans cette note de service l’instruction formulée « tout(e) conducteur/ conductrice d’un véhicule automoteur sur les voies publiques, immatriculé au nom de la primature ou non, qui appartient au cabinet de son excellence Monsieur le premier ministre, au secrétariat général près le premier ministre et aux services rattachés à la primature, est tenu(e) au respect strict des règles du code de la route et doit se soumettre spontanément aux injonctions de la Police de Circulation routière. »

Le premier ministre SAMA LUKONDE invite cependant ces collaborateurs de la primature à la mise de cette décision car toute personne qui se retrouverait en situation de récidiviste ou de désinvolte sera verra subir les sanctions tant pénale que disciplinaire.

Cependant, il convient de signaler cette décision vaut la peine d’être prise par le premier ministre car partout à travers la république et la capitale KINSHASA en particulier, l’on assiste au non respect du code de la route par ces personnes se considérant au dessus de la loi roulant même à sens unique et sans notion de courtoisie routière.
Il serait meilleur que cette décision soit également prise auprès de toutes les autorités dont les services pensent jouir de ce droit de circulation prioritaire plus que les autres citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *