RDC/Affrontements à Rutshuru : Un paradoxe autour de l’identité des ennemis se fait remarquer

Par David Mahamba

Plusieurs villages du territoire de Rutshuru ont été la cible des affrontements entre les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et un groupe des rebelles, le lundi 8 Novembre 2021. Les localités les plus touchées sont celles de Chanzu et Runyonyi dans le groupement de Jomba en chefferie de Bwisha où plus de 10 mille personnes déplacées ont trouvé refuge en Ouganda voisin. Si l’armée attribue cette attaque au groupe du M23 qui serait venu au Rwanda, ce dernier rejette par contre ces allégations.

Des tirs en armes lourdes et légères ont été entendus dans les localités de Chanzu et Runyonyi en territoire de Rutshuru. Surprise de ces affrontements, la population est restée en débandade. La plupart d’elle a pris la direction de l’Ouganda en passant par le poste frontalier de Bunagana.

Les Forces armées de la République démocratique du Congo confirment que les combattants du M23 sont les véritables auteurs de cette dernière attaque dans zone. L’état-major général des FARDC a, dans un communiqué de presse, déploré que cette nouvelle agression intervient alors la RDC s’est engagée dans la phase de mutualisation des forces avec les pays voisins pour la normalisation des relations en vue d’améliorer la situation sécuritaire dans la sous-région, pour une paix durable et un développement harmonieux de leurs États.

<< Le mouvement insurrectionnel M23 a attaqué les positions de Chanzu et Runyonyi, avec l’intention de mener d’autres actions de déstabilisation dans le territoire de Rutshuru et ailleurs dans le Nord-Kivu. Face à cette situation, les FARDC ont pris toutes les dispositions qui s’imposent pour faire échec à cette énième incursion du M23 sur le sol Congolais >> lit-on dans le communiqué signé par le général d’armée MBALA MUNSENSE Célestin.

En réaction, le Rwanda accuse à son tour l’Ouganda qui, d’après lui, héberge les combattants M23. Les Forces de Défense Rwandaises disent ne pas être impliquées dans ces attaques et ne soutiennent aucune des activités de l’ex-groupe armé M23.

« L’ex-groupe armé M23 en question n’a pas cherché refuge au Rwanda en 2013, il est plutôt basé en Ouganda, lieu de provenance de l’attaque et où ses membres se sont retirés. Les allégations issues des médias ou de déclarations des autorités régionales selon lesquelles l’ex-groupe armé M23 serait venu du Rwanda ou que ses combattants se seraient retirés, est une propagande dont le seul but est d’envenimer les bonnes relations qu’entretiennent le Rwanda et la RDC >> a dit l’Armée rwandaise dans un communiqué de presse.

Retour au calme dans les localités précitées

Des sources contactées sur place affirment qu’un calme apparent règne dans cette entité, après l’intervention de l’armée en temps réel. Plus de la moitié des habitants qui ont fui leur milieu, ont regagné leur domicile ce mardi. La population plaide pour le renforcement des troupes dans la zone afin que les assaillants ne parviennent plus à déloger l’armée loyale.

« La situation est redevenue à la normale, l’armée a pris toutes les positions dont Chanzu et Binza. Ces bandits ont fui. L’armée est intervenue à temps, on a chassé l’ennemi. Il a traversé la frontière, on l’a chassé hors du territoire national », a dit à nos confrères de ACTUALITE.CD le chef du groupement de Jomba Mr Jackson Achuki.

Signalons qu’en 2013, plus d’un millier de combattants M23 avaient été défaits sur la colline de Chanzu mettant fin à l’activisme de cette rébellion sur le sol congolais. Ces combattants avaient traversé au Rwanda pour les uns, et en Ouganda pour les autres. Dans ces deux pays voisins, les anciens M23 étaient cantonnés dans des camps et finalement, la plupart parmi eux étaient retournés au maquis dans le Rutshuru. Ils avaient tenté une nouvelle fois l’aventure militaire. Des affrontements les avaient opposés à l’armée congolaise dont deux hélicoptères étaient abattus dans la région. Les militaires et membres d’équipage de ces appareils étaient torturés et abattus par le M23.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *