RDC/La dissolution du sénat vivement réclamée,il coûte trop cher pour rien au trésor public !

Par Jean Marie Basa

Depuis le déclenchement du processus électoral en 2006 en RDC, l’on n’a jamais assisté à la proposition des motions réclamant le départ d’un ministre, d’un mandataire, ou d’un responsable d’un service public de l’Etat. Pourtant, considérés comme des sages, les sénateurs ont une parfaite maîtrise des arcanes de la vie nationale dans tous les secteurs.
Plus grave, ces dernières années, l’on a vu des sénateurs se faire graisser les pattes pour l’adoption des rapports bidon des contrôles parlementaires dans les entreprises publiques, ou des ministères. Même si, selon les prescrits de notre constitution, le Sénat n’est pas habilité à faire tomber un gouvernement, il n’en reste pas moins que le comportement des sages a vraiment laissé à désirer. C’est ainsi que l’on a assisté, lors des dernières élections des membres du Bureau définitif, des sénateurs accepter la corruption, eux qui doivent briller par la probité morale et intellectuelle.

Eviter des poursuites judiciaires

Nul n’a donc été surpris de voir d’anciens mandataires qui se sont révélés être des fossoyeurs des entreprises publiques qui étaient placées sous leur responsabilité, non seulement se faire élire au Sénat, mais encore, réussir à obtenir des postes dans le Bureau définitif de la chambre haute du Parlement. Pour eux, seule compte aujourd’hui l’immunité parlementaire qui peut leur éviter d’éventuelles poursuites judiciaires.

Le souverain primaire ne se sentant donc plus représenté par ces sénateurs, il est simplement recommandé la révision de la constitution pour ouvrir la voie à la dissolution du Sénat.

Ces hommes et ces femmes coûtent trop cher pour rien au trésor public. A l’heure où le gouvernement est à la recherche de moyens pour financer son programme d’action, le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, ne devrait pas se gêner de suivre le bon exemple de son collègue Macky Sall du Sénégal qui a récupéré beaucoup d’argent après la dissolution du Sénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *