RDC/Lomami/Lubao : la vérité est en fin là !

Par Johnny Kasongo Kasongo

Dans une interview exclusive accordée à la presse locale à l’occasion de son séjour à Kabinda,le président de la société civile de Lubao, CRISPIN LUMAMI TSHITE annonce la remise d’une somme d’1 million cinq cent quarante-neuf mille trois cents cinquante Francs congolais, montant détourné en début d’année par un groupe d’infirmiers et responsables du centre de santé maternel et infantile CSMI/LUBAO. La remise de cette somme a été faite par le parquet général près la cour d’appel de Lomami en présence du représentant du Médecin Chef de Zone et de la société civile de Lubao en séjour à Kabinda.
Pour Monsieur CRISPIN LUMAMI TSHITE, cet acte du parquet général près la cour d’appel de Lomami traduit la volonté manifeste des magistrats à rétablir l’état de droit dans la province de Lomami conformément à la vision du chef de l’Etat congolais, Félix ANTOINE TSHISEKEDI qui place les congolais au centre de tous.
« Le peuple gagne toujours, nous remercions vivement les magistrats du parquet général, coup de chapeau à la justice de notre province car quelle que soit la durée de la nuit le soleil fini par apparaitre, nous rentrons à Lubao cet argent destiné à l’achat des kits chirurgicaux et médicaments pour le CSMI » ,a poursuivi celui qu’on appelle gendarme du peuple de Lubao.
En rappel, L’administrateur gestionnaire de la zone de santé de Lubao Mundu Madina Nathanaël, l’infirmier titulaire, Musongiela du Centre de Santé Mère Infantile (CSMI), son adjoint et la caissière arrêtés en février dernier ont été transférés samedi 3 avril passé à la prison centrale de Ludimbi de la ville de Kabinda. Ils étaient poursuivis pour détournement de deniers  publics. Leur arrestation était intervenue une semaine après la dénonciation faite par la société civile populaire, noyau de Lubao qui avait alerté la justice sur le détournement d’une somme évaluée à 1.500.000 francs congolais et 2 kits chirurgicaux appartenant à cette structure sanitaire de Lubao. En dehors du montant de 1.500.000 FC, il y a aussi 60 tôles démolies qui sont portées disparues, un microscope binoculaire doté par Gavis qui est introuvable. Les autorités sanitaires de la zone de santé de Lubao sont au courant, mais elles n’ont rien dit jusqu’ici parce qu’il n’y a pas de plainte », avait alerté Crispin Lumami, président de la société civile locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *