RDC/ PT-NTIC : Quelques jeunes Kinois se lancent à rançonner Augustin Kibasa Maliba au nom de la Lucha

Par Oscar Lukusa

Depuis que le patron du ministère des postes, de télécommunication et de nouvelle technologie de l’information et de la communication PT-NTIC a lancé le projet de registre des appareils Mobiles RAM, beaucoup de voix se sont levées pour barrer la route à ce projet que plusieurs d’entre elles estiment inopportun,après avoir bénéficié auprès des agents du cabinet de ce ministère des informations pertinentes, la majorité a décidé d’accompagner sans relâche cette initiative pour l’intérêt supérieur de la nation.

Hélas ! Le cabinet du ministre Augustin Kibasa Maliba est devenu, ce dernier temps comme un lieu touristique où certains jeunes Kinois des mouvements citoyens bien identifiés passent de temps à temps en demandant de l’argent soit auprès du Directeur de cabinet soit aux conseillers et exigent même de rencontrer le Ministre avec menaces d’aller faire des manifestations publiques au cas où leur demande ne trouverait pas une solution adéquate.Donc un chantage !

Selon un membre de ce cabinet qui a requis l’anonymat, « chaque jour qui passe nous recevons des appels venant de partout et tout le monde se présente comme militant de la Lucha, premièrement c’était pour qu’ils rencontrent le Ministre afin de leur donner des moyens pour vulgariser ce projet à travers le pays, nous leur avons demandé d’entrer en contact avec l’ARPTC, c’est là que le RAM est géré, comme celà ne suffisait pas ,ils continuent d’insister qu’on leur donne de l’argent pour qu’ils fassent une déclaration soutenant RAM, tout ce qu’on leur donne comme explication, ces jeunes ne font que se mobiliser pour faire de tour au cabinet » déclare-t-il.
Cette situation commence à nous prendre de la tête, car tout le monde arrive au cabinet et se présente comme militant de la Lucha, nous mettons en garde tout metteur en scène, une liste de ces soi-disant « activistes » et tous leurs audios et Messages sont à notre possession, s’ils n’arrêtent pas de jouer à ce jeu nous rendrons plublic leurs identités et subiront les rigueurs de la loi, a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *